Errance animale (8) : Nova, Nävis et Orion

Pour continuer dans la série « Melba, mon chien sauveteur« , voici l’histoire de trois p’tits bouts qui occupent mes jours et mes nuits depuis deux mois. Fatigue et manque de temps expliquent mon absence sur le blog… Mais maintenant que les bébés ont grandi, je retrouve des nuits complètes (bien qu’encore trop courtes à mon goût) et un peu de temps pour faire autre chose que pouponner.

Lire la suite

Publicités

errance animale (7) Melba, mon chien sauveteur !

Pour ceux qui lisent ce blog depuis un bon moment, vous savez que la cause animale me tient à coeur. Et pour ceux qui ont suivi toutes mes aventures animalières, vous n’ignorez pas que la chienne Melba , les chats Léïa, Ivy, Toffee, Vanille et les chatons nouveaux-nés Nova, Nävis et Orion ont tous échappé à la rue et à bien pire.
Mais ce que vous ignorez – et c’est ce à quoi cet article va remédier – c’est que Melba n’est pas une chienne comme les autres. Déjà, elle a comme copines des chats à qui elle fait, à chaque sortie, des bisous « truffe à truffe » !
Peut-être parce qu’elle-même a été sauvée de la rue – et a échappé aux passages du camion de la fourrière – elle se fait un devoir de venir en aide aux autres animaux en détresse. Car Toffee n’a pas été le seul à croiser la route de ce chien au grand coeur.
Suivez-moi, je vais vous raconter les exploits de Miss Melba…

Toffee à la clinique vétérinaire.

Lire la suite

Bilan des nuits sans lumière

La 10ème édition des nuits sans lumière, commencée le 5 avril 2018, a pris fin le 29 avril 2018. Après un mois de nuits plus ou moins obscures – selon les communes, voire les quartiers – les éclairages publics nocturnes sont de retour et l’heure est au bilan.
Petit retour sur ces nuits consacrées à l’envol des jeunes pétrels de Barau.

Lire la suite

Errance animale (6) : Padmé et Sosie

Je voudrais vous présenter deux copines à quatre pattes de Melba. Ces deux chattes, qui vivent sur le parking de la résidence ont durant des années mis au monde des chatons qui terminaient invariablement sous les roues des voitures. Certains ont eu de la chance, comme Léïa ou Toffee.
Aimant trop les animaux, pour continuer à assister à ce « massacre » sans rien faire, j’ai décidé de prendre les choses en main.

Lire la suite

Contre l’extinction des pétrels, éteignons les lumières.

  

Cette année, du 5 au 29 avril 2018, aura lieu la 10ème édition des “Nuits sans Lumière”. Presque un mois (au lieu de 10 jours, il y a 4 ans) où les éclairages publics s’éteindront dès 18 heures. Cette opération a pour but de sensibiliser les Réunionnais sur l’impact négatif de la pollution lumineuse.

Lire la suite

Errance animale (5) : Vanille

Je crois que je suis abonnée… abonnée aux p’tits loulous abandonnés et mal en point.
La dernière en date ? Une petite chatounette d’à peine trois mois dont l’histoire est un mixte entre celle d’Ivy et celle de Toffee (mais fort heureusement pas aussi grave !)
Donc, me voilà un lundi en fin de matinée prenant la direction de Sainte-Suzanne, dans l’est. Depuis que j’ai trouvé Ivy, sur cette quatre voies, j’avoue que j’appréhende de l’emprunter. Et puis, il y a aussi trop de cadavres d’animaux sur le bord de cette route, à mon goût. Et pour moi, un, c’est déjà un de trop…
Je n’avais pas parcouru trois kilomètres sur la quatre voies, qu’en franchissant le pont de Sainte-Marie,  mon coeur loupe un battement !

Lire la suite

Errance animale (4): Toffee – partie 3… l’épilogue.

Mercredi 27 septembre. Le chaton est debout ! Davantage sur trois pattes que sur quatre, mais il est enfin debout et se déplace un peu. Il n’ose pas poser sa patte réparée et a du mal à garder l’équilibre pour se pencher vers sa gamelle de lait. Je la lui tiens à la hauteur de sa bouche et il lape. Il a une drôle d’allure : sa patte droite et son flanc droit sont rasés, ainsi que son ventre et une partie du flanc gauche. Les poils de son dos sont hirsutes et avec ses cicatrices, j’ai bien envie de l’appeler Frankestein ! Le vétérinaire a profité de la seconde opération pour enlever les fils de son ventre. Il me montre les radios de la patte. Je suis impressionnée. C’est pas mal Terminator comme prénom, pour un chaton bionique, non ?

Le soir, nous retournons tous les trois le voir. Quels progrès depuis ce matin ! Il pose le bout de sa patte pour marcher et arrive à se pencher vers sa gamelle.

Je continue à venir le voir chaque jour, matin et soir. L’inquiétude s’atténue à chaque visite. J’observe une auxiliaire durant une petite séance de kiné. Il a un jouet suspendu dans sa cage et s’amuse avec. La vétérinaire a vérifié. C’est un petit gars !

A l’appartement, on prépare l’arrivée du chaton : une très grande cage qu’on isolera dans une pièce pour éviter une confrontation trop précoce entre le petit convalescent et les chattes de la famille, une litière pour chaton avec une ouverture pour qu’il n’ait pas à enjamber un rebord trop haut, un coussin, des gamelles, des jouets et un doudou souris. Une liste de prénoms commence à être rédigée et elle s’allonge à vue d’œil. Une bonne quarantaine de noms ! Tout le monde fait des propositions et un vote sera nécessaire.

Jeudi 28 septembre. Ce soir, avec Melba, nous prenons la direction de la clinique pour voir le chaton. Une auxiliaire me l’apporte, installé dans une serviette. En voyant Melba, il se met à trembler. Quant à Melba, elle est contente. Elle commence d’ailleurs à s’exciter. Je m’assois avec le chaton, Melba se couche à mes pieds. Au bout de quelques minutes, le chaton cesse de trembler. Il se redresse pour jeter un coup d’œil sur la chienne. Il adore que je le gratouille sur la tête et en ronronne de plaisir.

C’est le vendredi 29 septembre que nous procédons au vote. Dès le premier tour, trois noms font l’unanimité : Toffee, Yuzu et Berlioz (l’un des chatons du dessin animé « les aristochats »). Ce sera finalement Toffee. Notre petit roux et blanc échappe aux sempiternels noms donnés aux chats rouquins : Garfield et Caramel. Il échappe aussi au nom souvent donné aux chats roux et blanc : Nougat. Toffee (qui est un caramel anglais) s’inspire néanmoins de son pelage. Et la présence du son [i] dans son nom était importante, car c’est un son que les chat entendent bien et qui les aide à mémoriser leur nom.

Le choix est difficile. Chacun a la même liste et nous entourons les noms qui nous plaisent.

Samedi 30 septembre.  Nous lui apportons une petite balle à grelot. Il adore ! Il ne lape que son lait et refuse toujours les croquettes pour chaton. Les anti-inflammatoires sont terminés et il ne lui reste que quelques jours d’antibiotiques. Le week-end sera encore long sans le voir, mais l’inquiétude n’est plus là.

Lundi 2 octobre. Ce matin, avec ma fille, nous nous rendons à la clinique. Nous apprenons qu’il pourra sortir demain matin, après sa dernière injection d’antibiotique. Nous passons presque trente minutes avec lui à le câliner et à jouer. Il tente de laper les croquettes que les auxiliaires ont mis dans sa gamelle de lait. Par hasard, sa petite langue en attrape une et il découvre la mastication.

Demain, Toffee sort !

Mardi 3 octobre. Toffee peut enfin sortir. Il devra revenir lundi prochain pour le retrait des fils de sa patte. Une fois à l’appartement. Je pose la cage de transport dans l’entrée pour fermer la porte et me débarrasser des sacs. Ivy s’approche de la cage et crache. Ce n’est pas gagné ! Jusqu’à présent, elle était la petite dernière. J’emmène Toffee dans la chambre de ma fille, où nous avons installé ses affaires. Timidement il sort de la cage et commence à explorer, restant souvent caché derrière un rideau. Mais la curiosité est la plus forte et bientôt, il teste tous les jouets étalés au sol : balles sonores, poteau griffoir, canne à pêche qui tourne…

Je suis assise par terre, mais dès que je bouge un peu, il sursaute et part se cacher. Et comme jouer et explorer ça donne faim, il attaque ses croquettes. Par contre la gamelle d’eau n’a pas beaucoup de succès. Ce n’est que l’après-midi qu’il y trempera la langue et qu’il se rendra compte que l’eau c’est bon lorsque l’on a soif d’avoir trop joué et mangé.

Tout se transforme en jouet !

Mercredi 4 octobre, ce soir, lorsque Toffee était déjà dans sa cage pour la nuit, Léïa est entrée dans la chambre. Elle est sa demi-sœur après tout ! Elle a senti l’odeur d’un chat étranger. Elle s’est approchée à tâton, ventre au sol, est passée sous le lit, avant de s’immobiliser en fixant la cage. Lorsque Toffee a bougé, Léïa a pris peur et s’est enfuie ! Toujours aussi courageuse notre Lélé ! Ivy, reste à l’extérieur de la chambre, se contentant d’observer de loin lorsque la porte est ouverte et que Toffee est dans sa cage. Bien qu’elle ait vu Léïa s’approcher et regarder Toffee, elle n’en fait pas autant.

Jouer, donne faim !

Jeudi 5 octobre, Ivy a ouvert la porte de la chambre et est tombée nez à nez avec Toffee. Elle a feulé et est partie. Un peu plus tard, Léïa est restée un long moment à observer Toffee dans sa cage. Elle s’est approchée, l’a senti. Le chaton l’a aussi observée. Ivy, est restée à l’extérieur de la chambre, se contentant de regarder de loin.

Dimanche 8 octobre, Léïa a feulé Toffee. Il n’a pas oublié et lorsqu’elle est revenue, c’est lui qui l’a feulée. Léïa a eu peur et s’est enfuie ! Ivy, ne rentre toujours pas dans la chambre.

Face à face entre frère et soeur.

Quant à Mina, la vieille chatte de 20 ans (aussi surnommée « Mémé Ronchon » ou « Tatie Danielle »), au début, nous n’arrivions pas à savoir si elle s’était rendue compte de la présence de Toffee. Même si elle ne doit pas très bien entendre ses miaulements, elle devait quand même le sentir. Un soir, elle est entrée dans la chambre et est tombée nez à nez avec lui . Elle a grogné et craché. Toffee a eu peur, il s’est blotti contre moi. Mina a même feulé ma main qui portait l’odeur du petit ! Quel caractère !

Notre vieille ronchon (20 ans, ça fait quand même 100 ans pour un chat !)

Toffee ne sort de sa cage que sous surveillance et la porte de la chambre est fermée, pour éviter une éventuelle agressivité des chattes. Il doit utiliser le plus possible sa patte en marchant. Mais ses jeux sont encore désordonnés, un peu brusques et maladroits. Il perd souvent l’équilibre, surtout que sur le carrelage sa patte réparée glisse. La grande serviette que j’ai posée sur le sol pour lui éviter des glissades ne sert pas à grand-chose, vu qu’il est toujours à côté.
Comme après ses opérations, il ne lui reste qu’une touffe de poils sur le dos, je lui ai acheté une brosse douce pour bébé. Il adore être brossé.
Il mange bien ses croquettes, boit, joue, court, sautille, s’agrippe avec ses pattes avant pour grimper sur le poteau griffoir, adore jouer à cache-cache. Comme je suis assise par terre lorsque je le libère (avec l’ordi sur les genoux), il vient me chatouiller avec ses vibrisses et donne des petits coups de pattes sur mon bras pour que j’arrête de taper sur le clavier et que je le gratouille. Il saute sur le clavier, rajoutant des mots et des espaces.
Lorsque je tends ma main devant lui il donne un petit coup de patte comme s’il checkait. Du coup, à chaque fois qu’il tape dans ma main, je lui dis « Check! », de façon à ce qu’il associe son geste à mon mot et que, plus tard, il fasse ce geste lorsque je dirais « check! » Il aime monter sur mes genoux et se blottir. Il réclame alors caresses et gratouilles avant de s’endormir en ronronnant.

C’est l’heure des câlins !

Lundi 9 octobre. C’est le jour du retrait des fils. Enfin, c’est ce que je croyais. En voyant Toffee marcher, le vétérinaire a trouvé que sa patte était plus raide qu’à sa sortie. Toffee a dû être hospitalisé une semaine de plus. Il a été endormi afin que le vétérinaire puisse forcer sur la rotule sans lui faire mal. Cela a été dur de repartir sans lui.
Mais après cinq jours de rééducation, les progrès ne sont pas au rendez-vous. Le vétérinaire craint que toute sa patte devienne raide, ce qui l’handicaperait pour marcher, courir, sauter. Si dans un mois, il n’y a aucune amélioration, Toffee devra être amputé. D’après le vétérinaire, un chat est plus à l’aise avec trois pattes qu’avec une patte « béquille ».

Vendredi 13 octobre : Toffee est de retour, presque un mois après que Melba l’ait trouvé. Il déborde d’énergie ! Je continue la rééducation mais malgré les anti-douleurs, il n’aime pas ça et le fait savoir.
Nous avons finalement installé sa cage dans le bureau, de façon à ce que Ivy récupère « son » territoire : la chambre de ma fille. Vu qu’elle se montrait toujours agressive, je lui ai donné des « fleurs de Bach – agression ». Ce sont des granules homéopathiques pour les animaux. Et après une semaine de traitement, les résultats sont visibles !
Melba est tellement excitée à chaque fois qu’elle voit « son » chaton, qu’elle réussit à lui faire peur !

Une petite sieste s’impose

On appelle le chaton par son prénom pour qu’il l’apprenne. Ses yeux bleus de bébé commencent à changer de couleur. Jaune ou vert ? C’est encore difficile de se prononcer.
Ma dernière inquiétude concerne sa patte postérieure droite qui est toujours raide au niveau de la rotule. Il ne la plie pas du tout, bien que cela ne l’empêche pas de courir, de bondir et de sautiller. C’est un chaton plein de vie et heureux de découvrir le monde qui l’entoure, de jouer… bref de vivre. Je ne sais pas s’il gardera sa patte, mais compte tenu de tout ce qu’il a traversé ces dernières semaines, ce sera un moindre mal.

Sieste entre frère et soeur

Je n’ai pas assez de mots pour dire toute la reconnaissance que j’éprouve envers l’équipe de la clinique vétérinaire de la Providence qui a pris Toffee en charge, qui a veillé sur lui et qui l’a soigné.  Merci aux deux vétérinaires : Dr Taillieu Sébastien et Dr Taillieu-Leroy Sophie, de m’avoir suivie dans mes décisions et d’avoir pris le risque de l’opérer. Merci aux trois auxiliaires : Estelle, Honorine et Laurence, d’avoir supporté mes visites bi-quotidiennes et mes questions. Merci à toute l’équipe d’avoir veillé sur ce petit chaton errant bien mal en point et de l’avoir remis sur pattes.

Vers « Errance animale (3), partie 2 »

 

P.S : Finalement, le vétérinaire a proposé l’amputation de la patte de Toffee. Si l’opération orthopédique s’était bien passée, Toffee ne voulait plus plier sa patte au niveau de la rotule, malgré des séances de rééducation. Il ne l’utilisait pas pour se déplacer et ne prenait plus appui sur elle. Par contre, elle le gênait pour franchir des obstacles, monter ou descendre l’escalier et elle le faisait souffrir.
Après quelques jours à s’habituer à sa nouvelle condition de « tripède », Toffee se déplace aujourd’hui, comme un chat qui aurait ses quatre membres : il galope à toute vitesse, court, joue… Par contre, il ne peut pas sauter très haut (maximum la hauteur d’un canapé) et a donc trouvé des stratégies pour grimper sur les meubles. Il fatigue aussi très vite, malgré une belle énergie.
Son accident et ses hospitalisations l’ont marqué à vie, car Toffee refuse que l’on touche son arrière train et sa queue. Il devient très agressif. Mais avec moi c’est une boule d’amour et de tendresse. Le soir, il m’attend pour aller au lit (et si je traîne, il m’appelle), il dort toute la nuit contre moi (du coup le matin, il se précipite à sa litière). Il est toujours collé à moi où que je me trouve.
Le plus craquant ? Quand je lui dis « bisous maman? », il vient coller son petit nez tout rose sur le mien !