Ti moustique

moustique_006

En voilà dont on se passerait bien !
Raaaah ! Les moustiques, et leur cortège de piqûres qui démangent et de bourdonnements agaçants et incessants. Ils vous tournent autour pendant des heures, esquivant adroitement vos tentatives de les écraser tout en gâchant un moment de tranquillité.
Comment un animal aussi petit peut-il être aussi horripilant ?
Et nuisible aussi, car rappelons que le moustique est vecteur de nombreuses maladies.
La plus connue est évidemment le paludisme qui fait des ravages dans certains pays d’Afrique ou d’Asie. Hors de question de s’y rendre sans précautions et traitements préventifs.

A la Réunion, île tropicale au climat chaud et humide, Madame moustique (car il n’y a que la femelle qui se nourrit de sang, le mâle se contente, lui, de butiner… J’en vois déjà qui ne pourront pas s’empêcher de faire des commentaires…), Madame moustique, donc, se porte plutôt bien. Surtout lorsque l’été austral (saison des pluies) revient. Les jardins à la créole avec leur végétation luxuriante et leur ombre rafraîchissante sont un paradis pour les moustiques.

Les touristes ne sont pas épargnés, bien au contraire, ils sont les victimes préférées de Madame moustique, toujours avide de sang neuf… preuve en est de leurs jambes couvertes de piqûres rouges. Heureusement qu’ils gardent le sourire et profitent malgré tout de leurs vacances.

Il existe à la Réunion deux espèces de moustique. Le tristement célèbre Aèdes albopictus (moustique tigré) qui pique habituellement le jour et qui transmet la dengue et le chikungunya, et le moustique Anophèle, qui pique surtout entre le coucher du soleil et le lever du soleil (vous savez, celui qui vient voler autour de votre oreille pendant que vous dormez…) et qui transmet le paludisme.

Aedes albopictus

Aedes albopictus (source : Wikipédia)

Anopheles

Anophèle (source : wikipédia)

C’est en 2006, que la Réunion a connu une épidémie de chikungunya. Evidemment, les médias nationaux n’ont pas pu s’empêcher de tout amplifier. A les écouter et à les lire, tous les Réunionnais allaient succomber sous les assauts de féroces et dangereux moustiques  Plutôt inquiétant pour la famille qui se trouve en métropole et que nous devions sans cesse rassurer !

Je n’ai pas pu échapper au chik, ni ma fille d’ailleurs ! Nous sommes juste restées deux jours au lit avec quelques douleurs aux articulations et un peu de fièvre… Pas de quoi fouetter un chat ! Et en plus, maintenant nous sommes immunisées contre le chikungunya, comme près de 40% de la population réunionnaise !
Depuis 2006, il n’y a eu que quelques rares cas isolés qui se sont déclarés.
Bien que la crise soit terminée, la prudence est de rigueur. Il existe une veille sanitaire et des actions menées par l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour sensibiliser la population aux bons gestes. Car avec le temps, les mauvaises habitudes tendent à revenir… et les moustiques avec.
La lutte contre la multiplication du moustique est quotidienne et est l’affaire de tous.

Comment reconnaître les maladies transmises par les moustiques ?

Les symptômes du chikungunya sont une forte fièvre et des douleurs aux articulations.
Les symptômes de la dengue, quant à eux, sont souvent confondus avec ceux de la grippe : maux de tête, courbatures et fièvre. Il n’existe que quelques rares cas isolés de dengue à la Réunion.
Le paludisme, extrêmement dangereux, peut être mortel chez les jeunes enfants. Cette maladie peut être ramenée par des personnes ayant voyagé dans des pays infestés. Les symptômes sont : fièvre intense, douleurs musculaires et grande fatigue. Mais pas de panique ! Il n’y a pas de paludisme à la Réunion !

Comment un moustique  propage-t-il une maladie ?

Il lui suffit de piquer une personne malade (un voyageur qui revient d’une zone infestée et qui a été piqué lors de son séjour, par exemple) pour devenir vecteur. En piquant ensuite une personne saine, il va lui transmettre le virus. La personne tombera malade à son tour. Comme le virus ne sera éliminé qu’à la fin de la maladie, il est important de continuer à se protéger lorsque l’on est malade, afin d’éviter la transmission du virus à d’autres personnes, comme les proches.

Alors une (autre) question se pose…

Comment, au quotidien, se protéger de ces (énervantes) p’tites bêtes ?

La première chose à faire est de s’habiller avec des vêtements clairs et couvrants (oui, je sais, c’est dur en été !) puis de vaporiser les zones non couvertes par les vêtements, de répulsifs cutanés. Si vous n’aimez pas l’odeur chimique des produits vendus en pharmacie, la citronnelle ou le géranium sont, paraît-il, très efficaces.
Si on ne veut, vraiment, pas de ces « charmantes » petites bêtes volantes chez soi, on peut installer des diffuseurs électriques à l’intérieur des maisons, ainsi que des spirales anti-moustiques, mais toujours à l’extérieur (balcon, terrasse…)
On peut aussi installer des moustiquaires (imprégnées de répulsif) autour des lits, des berceaux et des poussettes ainsi qu’aux portes et aux fenêtres (Mais, bon, là il faut vraiment vivre dans une zone infestée !)
Et le petit « truc » local : Un petit margouillat dans la maison ou un landormi (ou encore une bibe…) dans le jardin, sont aussi très efficaces !

Ensuite, un jardin bien entretenu, des coupelles de pots de fleurs vidées de leur eau stagnante et un arrosage limité permettront de supprimer les lieux de ponte.

Et pour finir, quelques vidéos :

Tenez… je vous laisse assister au repas de Madame moustique :

Et un petit documentaire de « c’est pas sorcier » pour tout savoir sur les moustiques :

Et pour se détendre en musique, après toutes ces informations pas très drôles, un petit clip sur le chik :

 

moustique_006

Sources :
ARS
Zinfos974
Moustikréunion
Santé.gouv.fr
Pressecologie
Inpes.santé
Imazpress
France 3 (c’est pas sorcier)
Wikipédia

Publicités

3 réflexions sur “Ti moustique

  1. Pingback: Goyave de France | Bienvenue chez moi, à la Réunion !

  2. Bonjour,
    nous aimerions éventuellement partir en vacances à la réunion en septembre avec un bébé de tout juste un an et ces satanés moustiques m’embêtent un peu pour lui surtout que les répulsifs ne sont pas hyper conseillés à cet âge. Y en a t-il beaucoup à cette période? surtout la journée et en soirée, la nuit une moustiquaire fera l’affaire.
    En vous remerciant d’avance de votre réponse.
    Nat

  3. En septembre ça va, mais à la Réunion il fait un temps humide et estivale toute l année même si entre juin et septembre c est le plein hiver austral. Dans les bas, entre 18 degré en pleine nuit à 23 degré en journée, comme il peut faire 30. Dans les hauts plus frais, très frais même, après je ne me souviens plus si les moustiques sont actifs dans la fraicheur. En gros c est comme en métropole, chaleur + humidité = moustiques.
    C est pas non plus infesté ! Mais en pleine été austral c est vrai que c est très gênant car journée comme nuit on se fait piquer si on ne prend pas les devants. D ailleurs même mon diffuseur électrique ne les repousse pas. Les spirales ça va mieux mais pas à 100%

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s