A traduire !

En me promenant à Saint-Denis, je suis tombée sur une clôture et un portail très… bavards. Partout où se pose le regard, ce n’est que remarques, en créole, à l’intention des passants et des automobilistes. Original et très drôle !

Alors je vous mets les photos en ligne et je vous propose de trouver la signification en français, du texte de chacune d’entre elle.
Pour vous aidez à lire les textes, je vous les ai réécris sous les photos.

photo 1 : l’arbre

« Pié de bwa la vie »

Photo 2 : le panneau

« Malé pipi devan out baro… zèt toute mon saleté devan out kaz… pi apré ma dir aou : netoy ! Ma war si ou lé dakor ! »

Photo 3 : le mur

« oubli pa ton savate daw d pie… Assé anval tou set i sort déor »

Photo 4 : le panneau de tôle

« Pour une bonne entente statione pas en kouyon devant mon baro »

Photo 5 : la bâche

« Mi rentre mi sort’ kal pa a ter la ! »

Photo 6 : le portail

« Evite kal ater la… i fé kri lo bann shien ! Sé moin i gyni kozman ek mon voizinaz… mersi »

Prêts ? A vos claviers et envoyez vos traductions en commentaire !

Publicités

Virelangues

virelangue

Un virelangue (qui est parfois appelé fourchelangue) est une phrase – ou un petit groupe de phrases – difficile à prononcer et à comprendre. Cela est dû à la répétition du même son ou d’un couple de sons proches. Le principe du virelangue est donc de prononcer le plus vite possible, sans se tromper et en articulant, une phrase dont les mots ont la même sonorité. Une façon ludique d’entraîner sa prononciation.
Alors, chers apprenants FLE, je vous ai mis pour chaque phrase un petit doc audio. A vous d’essayer… de plus en plus vite… et sans vous tromper !

Un chasseur sachant chasser doit savoir chasser sans son chien.

chien_118

Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches, archi-sèches ?

vetement_119

Sachez mon cher Sacha que Natacha n’attacha pas son chat.

chat_156

Didon dîna dit-on de dix dos dodus de dix dodus dindons.

volaille_168

Seize jacinthes sèchent dans seize sachets sales.

fleur_032

Ces six saucissons sont si secs qu’on ne sait si c’en sont.

ali_divers_050

Tonton, ton thé t’a-t-il ôté ta toux ? Dit la tortue au tatou.

tortue_013

Je veux et j’exige d’exquises excuses.

smiley_449

Fruits frais, Fruits frits, Fruits cuits, Fruits crus.

fruit_070

Si tu m’eusses cru, tu te fusses tût. Te fusses-tu tût, tu m’eusses plus plu.

 

smiley_464

Pour les plus courageux, voici un site FLE qui propose d’autres virelangues.
Et n’oubliez pas : il faut les dire de plus en plus vite ! A plusieurs, c’est encore plus amusant ! Fous rires garantis !

Mots d’enfants

Travailler sur les fruits, les faire toucher, sentir, goûter est un plaisir pour les enfants. Bizarrement, un certain nombre de fruits tropicaux – pourtant très courants sur les marchés – leur sont inconnus. Bien sûr la banane, la pastèque ou l’ananas sont des classiques, mais qu’en est-il du pitaya ou du fruit de la passion ?
Lorsque l’on travaille avec des petits, il y a souvent des mots ou des phrases qui font sourire. On réprime même parfois un fou rire !

Voici quelques remarques amusantes des enfants lors de la découverte des fruits.

* En voyant un tamarin, un élève s’écrit : « c’est une saucisse maîtresse ! ». Drôle de fruit !

* Je montre ensuite le pitaya et demande aux élèves s’ils connaissent le nom de ce fruit. Un  élève fronce les sourcils et déclare : « C’est pas un fruit, c’est une fleur maîtresse ! ». Futur poète !

* Une fois que l’on a vu tous les fruits du panier,  un petit tour de table s’impose pour voir quels noms ont été retenus. Pour le fruit de la passion, un enfant me propose : « le fruit de la patience ». Et un autre : « le fruit du poisson ». C’est presque ça !

 * C’est le moment de couper les fruits pour les goûter.  Le pitaya rose et le pitaya blanc sont coupés et l’intérieur des fruits est présenté aux élèves. En voyant tous les petits pépins, un élève s’exclame « maîtresse y’a des fourmis dedans ! ». Il n’a pas voulu y goûter !

pitayas coupés 2