Français québécois vs français parisien

Aujourd’hui, je vous propose de visionner un sketch humoristique de Stéphane Rousseau. Rien à voir avec l’île de la Réunion, mais que je tenais à le partager avec vous, cher apprenants FLE. On dit « LA langue française » ou « LE français » mais ne devrait-on pas plutôt dire « LES français » ?
Une phrase de ce sketch le résume à la perfection : « C’est fou, on parle la même langue, mais par moment j’ai l’impression qu’on se comprend pas ».

Lire la suite

Publicités

Drôles de questions…

L’île de la Réunion…
Lorsqu’elle n’est pas placée dans l’océan Pacifique par un ancien Premier Ministre (Manuel Valls, pour ne pas le nommer) ou localisée sur l’île Maurice dans une émission de C8 (« Enquête sous haute tension » pour ne pas la nommer), l’île de la Réunion suscite bon nombre de questions et de remarques de la part des métropolitains.

Raté ! C’était l’autre île… un peu plus au sud-ouest… (source photo : zinfos974)

Lire la suite

Le réveillon de Noël à la Réunion vu par le Letchi

Vous souvenez-vous du Letchi Amer ? Je vous avez parlé de ce youtubeur dans cet article. Il dépeint la Réunion, les Réunionnais et les traditions locales avec un regard tour à tour plein d’humour, de cynisme et de dérision.
Aujourd’hui, pour cette veille de Noël, je vous propose deux de ses vidéos humoristiques. Comme à son habitude, c’est avec beaucoup de malice, qu’il évoque – dans la première vidéo – les préparatifs de Noël dans une famille réunionnaises. Dans la seconde, il aborde les « spécificités » du réveillon de Noël réunionnais.

 

N’hésitez pas à vous rendre sur son blog pour toujours plus de vidéos.

Joyeux Noël à tous !

L’IRT joue la carte de l’humour

Je vous avais déjà parlé d’Olivier Le Vasseur, dit La Buse, célèbre pirate du XVIIIe siècle, ayant sévi dans l’archipel des Mascareignes et dont le trésor serait enterré quelque part sur l’île de la Réunion.

La légende du trésor de La Buse a donné l’idée à L’IRT de faire réaliser, par le collectif Golden Moustache, un petit film sur la Réunion. Ce court-métrage met en scène un jeune touriste qui décide de partir à la recherche du trésor de La Buse (estimé à plusieurs milliards d’euros). Il entraîne avec lui son ami qui ne rêve que de s’amuser et de se détendre tout en sirotant des cocktails. Utilisant les codes du film d’aventure et un humour décalé, nos deux Indiana Jones en herbe parcourent l’île de la Réunion « du battant des lames au sommet des montagnes », enchaînant les situations rocambolesques et les dialogues absurdes.

Le périple délirant et ubuesque de nos deux aventuriers est surtout un bon prétexte pour faire découvrir les magnifiques paysages de l’île de la Réunion, tels la Plaine des Sables, Le cratère Commerson, les forêts primaires, le lagon, les cascades, la Plaine des Cafres, les forêts de tamarins… ainsi que les nombreuses activités possibles : parapente, plongée, jet ski, paddle, canoë-kayak…

Pour l’IRT, le but de ce court-métrage de douze minutes, qui a été tourné à la Réunion, est de « donner de la visibilité à la destination Réunion et de montrer l’île d’une nouvelle manière (…) L’humour est un bon moyen de présenter un endroit. Le public se souvient des passages comiques et peut s’identifier aux personnages. »; explique le chargé de projet, Jérémy Mousson (source Clicanoo.re).

Avec ce court métrage, on est loin des classiques campagnes de promotion de la Réunion que diffuse habituellement l’IRT et dont voici le dernier film en date :

En attendant des retombées en terme de tourisme, le site de l’IRT a constaté une augmentation de sa fréquentation depuis la publication de la vidéo. Quant au court-métrage, il a déjà été visionné plus d’un million de fois sur Youtube depuis le mois de juillet 2015.

Et côté réunionnais que pense-t-on de cette vidéo ? Et bien, les avis sont partagés. Si sur la chaîne Youtube, les commentaires sont plutôt positifs, dans la presse, les lecteurs sont plus critiques, regrettant qu’il n’y ait pas de Réunionnais parmi les acteurs ou que certaines scènes soient trop loin de la réalité (les petites boutiques typiques comme celle que l’on voit au début du film ne sont pas tenues par des « Zoreils » ). Ils enfoncent le clou en précisant que les paysages, magnifiques, sont les seules raisons qui valent vraiment le coup de voir cette vidéo…

Allez, assez de bla-bla, je vous laisse regarder le court métrage de Golden Moustache et vous forger votre propre opinion :

Quand le Letchi fait de la métaphysique

logo letchi

Voici le Letchi (non, je ne vais pas vous reparler du fruit, symbole pour tout réunionnais qui se respecte, des fêtes de fin d’année), blogueur et podcaster fou qui explique son île ainsi que les us et coutumes des Réunionnais, dans de courtes vidéos sarcastiques toujours très amusantes.
Il présente son blog comme le lieu où (je le cite) «  vous pouvez voir les délires d’un jeune réunionnais à l’humour douteux et foireux. Il y parle de son île, de ses envies, de ses rares passions, de son vécu mais surtout des idées folles qui lui passent par la tête. La métaphysique du Letchi décortique ainsi l’esprit tordu d’un habitant de La Réunion d’aujourd’hui… même si cela doit faire sortir le pire ! »
Lorsque je l’ai découvert, il y a seulement quelques mois, je n’avais pas pu résister à l’envie d’intégrer sa vidéo sur le créole réunionnais à ma page « le créole à la Réunion« . Depuis, j’ai visionné quasiment toutes ses vidéos. Quant à ma fille, je crois qu’elle les a TOUTES vues ! Quand je l’entends rire, toute seule dans sa chambre, je peux être sûre qu’elle regarde une vidéo du Letchi !
Bref, vous l’avez compris, le Letchi, ma fille et moi, on L’ADORE !!!

 

fleche_127Vous pouvez retrouver toutes ses vidéos sur sa page youtube :

letchi amer

fleche_127… ainsi que sur son blog :

blog letchi amer

« Qui suis-je ? D’où je viens ? Qu’est ce que je fais ? Des questions qui doivent trotter dans la tête du lecteur qui arrive sur cette page, je vais essayer d’y répondre. »

fleche_127Quelques photos du Letchi sur instagram :

cropped-letchi-cannibal

 « Ma vie secrète avec des gâteaux, des livres, une peluche et des LEGO. »

fleche_127 Et toutes les dernières nouvelles du Letchi sur sa page Facebook :

gletchi

« Blogueur réunionnais à l’humour noir et foireux, sarcastique chronique faisant des vidéos sur le quotidien de l’île. »

fleche_127… et Twitter (ouf ! Je crois que j’ai fait le tour !) :

leletchi

« Réunionnais perturbé et sarcastique faisant des vidéos pour exorciser sa folie. »

fleche_127Et pour en savoir plus sur le Letchi, voici deux interviews à lire, ici et !

 

Bon visionnage !

Goyave de France

livre_092

En rangeant ma bibliothèque, je suis (re)tombée sur deux bandes dessinées et j’ai eu envie de vous les faire découvrir.
Ces deux albums de Sebass (éditions Orphie) mélangent le français et le créole et décrivent avec humour le choc culturel auquel sont confrontés les zoreils fraîchement débarqués à la Réunion : coutumes locales, croyances, langue… tout y passe et les rires sont garantis.
Le premier tome, « Goyave de France », raconte les déboires d’un zoreil, Pierre Gastro – venu chercher sous les tropiques réunionnais, le soleil, un cadre de vie exotique –  et sa rencontre avec un yab, Giovany Gronbert – qui sait prendre la vie du bon côté. Il y a aussi Mélanie Samypoullé, une jolie malbaraise dont Pierre tombe amoureux. Evidemment des quiproquos dus à la différence culturelle et de langue se succèdent pour notre plus grand plaisir.
A la fin de l’album, un petit glossaire aide à comprendre les dialogues et l’auteur nous offre, la recette du cabri massalé.

couverture album 1planche album 1

Dans le second tome, « Goyave 2 France », Ce sont les parents de Pierre Gastro qui viennent découvrir la Réunion, en pleine crise du chikungunya, emmenant avec eux les stéréotypes et les préjugés qu’ont les métropolitains sur la Réunion. Si le père est tout de suite séduit par la belle Mélanie et les rhums arrangés, la mère, quant à elle, critique tout ce qu’elle croise. Giovani est toujours présent, pour notre plus grand bonheur, et Pierre découvre les joies de la paternité.
A la fin de l’album, il n’y a plus de glossaire, mais la traduction en français de toutes les bulles écrites en créole. C’est une bonne idée, car cela permet à ceux qui ne comprennent pas le créole de beaucoup mieux comprendre la bande dessinée qu’un simple glossaire. Et encore une fois, l’auteur nous offre en bonus, une recette locale : le civet coq.

couverture album 2planche album 2

Mais pourquoi ce titre ?
« goyave de France » est une expression créole qui est employée pour se moquer de tout ce qui vient de France et qui a la réputation d’être de meilleure qualité que les produits locaux.

BONNE LECTURE !

livre_084