Une pizza 100% Réunion

Cette semaine, je suis tombée sur cette recette de pizza très… particulière. Recette que j’ai eu envie de partager avec vous…
C’est la petite dernière des pizzas version locale – après « la créole », dont la garniture rappelle le carry poulet ou le rougail saucisse selon la recette proposée par le piazzaïolo, « la pizza saucisses / gros piments » ou « la pizza sarcives » – j’ai nommé : La pizza aux larves de guêpes.
Si vous avez déjà été tout en bas de la page les animaux de l’île, vous êtes certainement tombés sur la vidéo qui présente la recette des larves de guêpes grillées. Ce met est très apprécié à la Réunion. Traditionnellement, les larves de guêpes sont mangées avec du riz blanc.
Mais à l’heure où chaque restaurateur veut créer sa recette « signature », tout le monde rivalise d’ingéniosité pour des résultats plus ou moins réussis.
Ce sont les propriétaires du snack-restaurant-pizzeria « la coryphène » à Saint-Pierre qui se lancent, il y a peu, dans la conception de cette nouvelle recette. Amateurs de guêpes, ils proposent, après quelques essais, leur recette à leurs clients. Si les avis sont partagés, il semble toutefois que cette pizza (à 18 euros tout de même) fasse des adeptes. Petit inconvénient, il faut commander la fameuse pizza aux larves de guêpes 24 heures à l’avance.
A chacun de tenter l’expérience (ou pas).
En attendant, si vous ne pouvez pas aller sur Saint-Pierre goûter la pizza aux larves de guêpes ou si vous préférez les pizzas maison, voici une recette toute simple élaborée et proposée par un internaute, qui avait envie de manger cette fameuse pizza.

PIZZA AUX LARVES DE GUÊPES
recette de Damien Belim

(Photo : Damien Belim)

Ingrédients
– Une pâte à pizza – de préférence faite maison
– 200 grammes de larves de guêpes fraîches ou congelées (à faire décongeler une dizaine de minutes)
– Une petite brique de crème fraîche liquide
– Un sachet d’emmental râpé
– Des olives noires.

Préparation
– Préchauffer le four à 200 degrés.
– Faire frire légèrement les larves de guêpes dans une poêle, avec un peu de sel.
– Etaler la pâte à pizza.
– La garnir de crème fraîche et rajouter les larves de guêpes.

(Photo : Damien Belim)

– Parsemer d’emmental râpé et d’olives noires.

 

(Photo : Damien Belim)

– Enfourner pendant 15 à 20 minutes.
– Laisser refroidir avant de déguster.

(Photo : Damien Belim)

BON APPETIT !!!

Publicités

Riz chauffé… késako ?

A la réunion, il y a un « plat » que tout le monde aime bien c’est le… (suspens ! Roulements de tambour)… le… le… le riz chauffé ! LE QUOI? Le riz chauffé. Du riz réchauffé, quoi !

Alors ne cherchez pas la recette sur internet ou dans un livre de cuisine réunionnaise, car il n’y en a pas. Ou plutôt, il y autant de versions qu’il y a de cuisiniers ou de familles !
Donc, pour faire un bon riz chauffé, il faut prendre… du riz ! Oui, mais du riz de la veille (donc du riz qui a refroidi et que l’on va faire réchauffer… hé, hé, hé, c’est d’une logique implacable…) et des restes de la veille (carry poisson ou poulet, rougail saucisses ou morue, sauce de carry…).
Côté quantité, là non plus aucune indication. Il faut adapter la quantité des restes à la quantité de riz. C’est ce qui explique que chaque riz chauffé est unique et inimitable et… impossible à reproduire à l’identique. Car ici, il n’y a pas de liste d’ingrédients avec des quantités.

En tout cas, une chose est sûre, avec le riz chauffé, fini le gaspillage !

Bref, sortez de votre frigo, votre riz et les restes de votre carry de la veille – certaines personnes rajoutent des grains, alors que pour d’autres, cela serait un sacrilège ! C’est à vous de voir ! – et faîtes réchauffer dans une marmite ou, à défaut, une grande casserole. Si vous pouvez le faire au feu de bois, c’est encore mieux (mais je peux comprendre que cela ne soit pas évident, lorsque l’on vit dans un appartement).

Concernant le temps de réchauffage de votre préparation (pas toujours réussie, visuellement, j’en conviens), cela dépend de tout un chacun. Certains Réunionnais aiment le riz chauffé lorsqu’il est « croûté », c’est-à-dire qu’il a attaché au fond de la marmite, d’autres, pas. Donc, sur ce point, c’est encore à vous de voir ! N’oubliez pas de rajouter un petit piment, car qui dit cuisine réunionnaise, dit plats épicés.
Vous pouvez aussi accompagner votre riz chauffé d’un petit rougail concombre, tomate ou dakatine. Mais là encore, c’est… à vous de voir !

Vous commencez à comprendre le principe du riz chauffé, là ?

Certains tricheurs rajoutent des ingrédients qui ne sont pas forcément des restes (peut-être parce qu’ils n’ont pas suffisamment de restes de la veille…). Mais je vous rappelle que le riz chauffé est constitué à 100 % des restes de la veille ! On ne fait pas du riz cantonnais, non plus ! Après, si vous voulez vous rajouter quelques légumes, brèdes ou grains en accompagnements, c’est à vous de voir, mais sur le côté de l’assiette, hein ! Pas dans la marmite !
Un riz chauffé vraiment anti-gaspi, c’est celui fait avec les reste de la sauce du carry. Lorsque la veille, tout le carry a été mangé, il reste très souvent une bonne quantité de sauce au fond de la marmite. Surtout, ne la jetez pas et gardez-la pour vous préparer, dès le lendemain matin, un bon petit riz chauffé à la sauce de carry.
Dès le lendemain matin ? Eh, oui, car à la Réunion, traditionnellement, le riz chauffé se mange… au petit déjeuner !

Voilà un plat 100% anti-gaspi, économique, délicieux et traditionnel ! Que demander de plus ?
Alors à vous de jouer et… Bon appétit !

Le métissage est le futur du monde

Reza Deghati, photojournaliste au National Geographic sillonne à la planète depuis 35 ans, à la fois pour montrer des beautés présentes en chaque être humain que pour dénoncer les injustices. Ses photos connues dans le monde entier témoignent des différentes facettes de l’humanité.

Invité à venir animer des ateliers photographiques dans le sud de l’île, le photojournaliste s’est vu remettre la distinction d’ambassadeur d’honneur de La Réunion.

Le film « Futur : Reza et le futur du monde », tourné à la Réunion en 2016 et réalisé par Philippe Bonhomme fait l’éloge du vivre ensemble et du métissage. Reza Dhegati a trouvé en l’île de la Réunion une préfiguration du futur, loin des communautarismes et du repli sur soi. Pour le photojournaliste Franco-iranien, le monde de demain sera à l’image de la Réunion : un métissage d’ethnies et de couleurs de peau. La Réunion est à ses yeux un village universel, une terre de « paysages de visages ».
L’objectif de ce film est de lutter contre les ignorances et les peurs en mettant en valeur l’harmonie du métissage de la société réunionnaise.

Je vous propose le visionnage de la bande-annonce :

Pour découvrir les magnifiques photos de Reza, rendez-vous sur son site

 

Terre Rouge

Je vous propose une randonnée dans le sud sauvage.
Le sentier longe la mer qui se jette sur la roche volcanique et nous mène à une anse appelée « Cap Jaune ».

Cliquer sur la carte pour agrandir

Pour se rendre au point de départ de la randonnée :

En venant de Saint-Denis, aller jusqu’à Saint-Joseph puis rejoindre le village de Vincendo. Une fois dans le centre-ville prendre la direction de la « Marine de Vincendo ». Descendre jusqu’au parking, juste après la dernière habitation.

dénivelé :  80 mètres
distance :  3 kilomètres
difficulté : facile
durée : 1 h 30 (aller-retour)

Conseil : Se renseigner sur la météo, car le temps change très vite. Nous avons fait l’aller de la rando sous un beau soleil et le retour sous une forte averse !

En partant du parking, il faut trouver le départ du sentier au milieu des arbres.

Celui-ci longe la mer avant de s’enfoncer dans la végétation jusqu’au Cap Jaune, une magnifique formation géologique dont la couleur safran tranche avec le bleu profond de la mer.

Il est possible de descendre jusqu’au pied de la falaise, mais le sentier est très abrupt. A déconseiller aux enfants et aux personnes souffrant de vertige.
Pour rejoindre le parking, il suffit de revenir sur ses pas.

 

A traduire !

En me promenant à Saint-Denis, je suis tombée sur une clôture et un portail très… bavards. Partout où se pose le regard, ce n’est que remarques, en créole, à l’intention des passants et des automobilistes. Original et très drôle !

Alors je vous mets les photos en ligne et je vous propose de trouver la signification en français, du texte de chacune d’entre elle.
Pour vous aidez à lire les textes, je vous les ai réécris sous les photos.

photo 1 : l’arbre

« Pié de bwa la vie »

Photo 2 : le panneau

« Malé pipi devan out baro… zèt toute mon saleté devan out kaz… pi apré ma dir aou : netoy ! Ma war si ou lé dakor ! »

Photo 3 : le mur

« oubli pa ton savate daw d pie… Assé anval tou set i sort déor »

Photo 4 : le panneau de tôle

« Pour une bonne entente statione pas en kouyon devant mon baro »

Photo 5 : la bâche

« Mi rentre mi sort’ kal pa a ter la ! »

Photo 6 : le portail

« Evite kal ater la… i fé kri lo bann shien ! Sé moin i gyni kozman ek mon voizinaz… mersi »

Prêts ? A vos claviers et envoyez vos traductions en commentaire !

Baleines à l’horizon !

source image : Wikipédia

Pour la première fois, il y a une semaine, j’ai eu la chance d’assister au spectacle offert par deux baleines. La mère et son petit soufflant et sautant. Fascinant. Malheureusement, impossible de prendre des photos souvenirs avec un téléphone portable. Les baleines étaient trop éloignées pour mon petit zoom et pour une fois je n’avais pas mon appareil photo. J’enrageais ! Pour ma défense, j’étais juste allée chez le vétérinaire pour récupérer des médicaments pour l’un de mes chats et je ne m’attendais pas à contempler des baleines !
Et comme tous ceux qui se trouvaient au bon endroit au bon moment, j’étais fascinée !

Et ce matin, pendant mon entrainement de course à pieds, rebelote ! Des jets apparaissent au-dessus de l’océan, des masses sombres affleurent à la surface. Des cyclistes et des coureurs s’arrêtent, tendent le bras vers l’horizon. Je manque de me tordre les chevilles sur le sentier à scruter l’océan au lieu de regarder où je pose mes runnings. Evidemment, je n’ai pas mon appareil photo ! (Ben, en même temps, je ne l’amène pas avec moi lorsque je cours ! Pas très pratique !)

C’est en effet, LE moment de l’année où il faut scruter l’océan. Car de mai à octobre, la période est propice à l’observation des baleines à bosses. Celles-ci viennent s’accoupler ou donner naissance à leur baleineau dans les eaux réunionnaises. Eaux « chaudes » pour des baleines, alors que nous sommes en plein hiver austral ! Pendant quelques semaines, mères et petits restent proches des côtes de la Réunion. Une fois le baleineau prêt, mères et petits entreprennent le long voyage vers les eaux glacées de l’Antarctique, où elles passeront « l’été ». Un sacré voyage de plus de 25 000 kilomètres tout de même !

Si de nombreux Réunionnais et touristes se contentent d’observer les baleines à bosses depuis les côtes, certains ont envie d’aller au plus près de ces mammifères marins. Certains professionnels de la mer proposent de vivre cette rencontre unique et privilégiée dans le respect de l’environnement et des espèces marines. C’est dans ce but que les autorités ont mis en place charte d’approche et d’observation responsables des mammifères marins et des tortues marines de la Réunion ainsi que le label Observation Certifiée Responsable des Cétacés à La Réunion (O²CR).

Si vous décidez de vous passez d’un professionnel de la mer et d’aller par vos propres moyens d’aller observer au plus près ces géants des mers – et même si le spectacle est magnifique – gardez tout de même vos distances et veillez à ce que l’embarcation ne se trouve jamais en travers de leur trajectoire. Sans cela, vous risquez de voir atterrir sur votre frêle esquif, une baleine de plus de tente tonnes ! Soyez d’autant plus prudent, s’il s’agit d’une mère et de son petit. Si celle-ci sent son petit en danger ou qu’elle-même se sent menacée, elle peut riposter.

Dans tous les cas, ne prenez pas de risques, restez à bonne distance, sous peine d’une grosse frayeur (dans le meilleur des cas) :

Pour plus d’informations sur les cétacés de la Réunion, cliquez ici !

 

 

 

Encore des mots croisés pour vérifier ses connaissances sur la Réunion

Cette semaine, chers apprenants de Français Langue Etrangère et chers lecteurs du bout du monde (ou pas), je ne vous ai pas concoctés un article pour découvrir une facette de l’île de la Réunion, mais des petits mots croisés afin de vérifier vos connaissances sur la Réunion !
Que vous appreniez le français, ou que vous souhaitiez vous perfectionner, ces mots croisés vous permettront de tester votre compréhension écrite.

Vous ne résistez pas à l’envie de danser dès que vous entendez de la musique ? Alors ces mots croisés sont faits pour vous : instruments de musique, groupes et chanteurs locaux, styles musicaux… Je vous conseille de vous rendre dans la catégorie « musique » pour réviser avant de tenter cette grille ou pour y trouver les réponses.
Attention, pour certaines définitions, les réponses sont composées de deux mots. Il faut donc tenir compte de la présence d’un espace.

Cliquez sur l’image pour accéder à la grille interactive.

Les animaux vous font craquer ? Alors ces mots croisés sont faits pour vous : oiseaux, reptiles, mammifères, arachnides… tout plein de petites (et grosses) bêtes d’ici. Une petite révision de la page « animaux » et vous serez fin prêt pour tenter cette grille.
Attention, pour certaines définitions, les réponses sont composées de deux mots. Il faut donc tenir compte de la présence d’un espace.

Cliquez sur l’image pour accéder à la grille interactive.