Créons une chanson en laisse

Il y a quelques temps, je vous avais écrit un article sur les chansons en laisse. Aujourd’hui, je vous propose de vous amusez à en créer une.

Voici le point de départ, sur le modèle de « marabout » : rage de dent…

A vous de trouver la suite, c’est-à-dire des propositions de trois syllabes, reprenant le dernier son ( que ce soit un mot entier ou juste la dernière syllabe) de la proposition précédente.
Il faudra  revenir au point de départ !

Vous pouvez vous amuser à créer cette chanson en laisse tout seul ou entre amis. N’hésitez pas à mettre votre chanson en laisse en commentaire !
Ou, si vous préférez, on la crée à plusieurs, chacun donnant une proposition utilisant le dernier son (mot ou syllabe) de la proposition précédente.

Créer une chanson en laisse est à la fois facile et distrayant. Le but de ce jeu est de libérer sa spontanéité et son sens des sonorités. Pas question de se prendre la tête à écrire un texte sérieux et intelligent. Ici, on prend du plaisir en jouant avec les sons. La chanson en laisse n’a aucun sens ? Aucune importance ! Ce sont les sons qui comptent !
Mais attention, lorsque l’on joue à deux ou à plusieurs, il faut être rapide (même si parfois, une suite peut être difficile à trouver et demande donc plus de réflexion).
Les jours de pluie ou lors de longs trajets en voiture, essayez ce jeu avec des enfants (pas trop petits non plus, hein ?!), bonne partie de rigolade en perspective !

A vous de jouer !

Publicités

Chansons en laisse

Quel étrange titre non ? Mais qu’est-ce donc qu’une chanson en laisse ? Et bien c’est une chanson dont  la fin du vers est repris pour former le vers suivant. Cette répétition forme alors un enchainement. on appelle cela (attention, roulement de tambour…) l’anadiplose ou le jeu des kyrielles !

Mais de quoi nous parle-t-elle ? Vous demandez-vous sûrement. Pourquoi ce cours de stylistique de si bon matin ? Où veut-elle en venir ? (et qu’a-t-elle mis dans son café ?)

Non, chers amis apprenants FLE,  je ne veux pas vous prendre la tête avec des termes barbares, mais vous faire découvrir une comptine et un chant enfantins basés sur ce principe (tout comme il y a quelques mois, je vous avez fait découvrir les virelangues). Généralement, ces chansons en laisse se chantent à deux et sont accompagnées de jeux de mains. Comme il en existe de nombreuses versions (oui, vraiment, un grand nombre), je vais vous proposer celle que j’ai apprise étant enfant.

D’abord, la comptine :

j’en ai marre – marabout – bout d’ficelle – selle de ch’val – ch’val de course – course à pied – pied de cochon – cochon de terre – Terre de Feu – feu follet – lait de vache – vache de ferme – ferme ta boite – boite à clous – clou d’acier – assied-toi – toit de maison – maison de fous – fou toi même – m’aimes-tu Jean ? – j’en ai marre – marabout …

et là, on recommence. Ok, vous avez compris le principe ?

Et bien c’est partie pour la petite chanson, dont voici les paroles (de ma version)

Trois p’tits chats, trois p’tits chats, trois p’tits chats, chats, chats,
Chapeau de paille, chapeau de paille, chapeau de paille, paille, paille,
Paillasson, paillasson, paillasson, son, son,
Somnambule, somnambule, somnambule, bulle, bulle,
Bulletin, bulletin, bulletin, tin, tin,
Tintamarre, tintamarre, tintamarre, mare, mare,
Marathon, marathon, marathon, thon, thon,
Tonton Jules, tonton Jules, tonton Jules, Jules, Jules,
Jules César, Jules César, Jules César, zar, zar,
Z’haricot, z’haricot, z’haricot, co, co,
Cocotier, cocotier, cocotier, tier, tier,
Tiers de trois, tiers de trois, tiers de trois, trois, trois,
Trois p’tits chats, … (et on recommence !)

Mais ce qui est aussi amusant, avec les chanson en laisse, c’est de laisser libre cours à son imagination et d’en inventer une suite possible avec ses camarades. Il suffit que l’un donne un mot de départ, puis chacun son tour, on propose un mot reprenant la dernière syllabe du mot précédent.