Bilan des nuits sans lumière

La 10ème édition des nuits sans lumière, commencée le 5 avril 2018, a pris fin le 29 avril 2018. Après un mois de nuits plus ou moins obscures – selon les communes, voire les quartiers – les éclairages publics nocturnes sont de retour et l’heure est au bilan.
Petit retour sur ces nuits consacrées à l’envol des jeunes pétrels de Barau.

Lire la suite

Publicités

Contre l’extinction des pétrels, éteignons les lumières.

  

Cette année, du 5 au 29 avril 2018, aura lieu la 10ème édition des “Nuits sans Lumière”. Presque un mois (au lieu de 10 jours, il y a 4 ans) où les éclairages publics s’éteindront dès 18 heures. Cette opération a pour but de sensibiliser les Réunionnais sur l’impact négatif de la pollution lumineuse.
Les dates ne sont pas choisies au hasard par la SEOR (Société d’Etudes Ornithologiques de la Réunion). Elles correspondent au calendrier prévisionnel d’envol des jeunes pétrels de Barau, c’est-à-dire à la période où ils quittent leur nid pour leur premier vol en direction de la mer. Cette période sensible, qui s’étend de début avril à fin mai, connaît un risque d’échouage très élevé. La SEOR espère que l’extinction des lumières artificielles permettra à la majorité des jeunes pétrels et puffins – petits oiseaux de mer – de gagner l’océan sans encombre.

Ce calendrier montre que la période sensible s’étend de début avril à mi-mai.  La pollution lumineuse étant un fléau pour les pétrels, la SEOR recommande une extinction totale des lumières artificielles durant la période allant du 7 avril au 1er mai.
source : SEOR

Ces oiseaux marins sont sensibles aux points lumineux. Trompés et désorientés par les éclairages urbains qui s’étendent de plus en plus sur le territoire réunionnais, et qu’ils prennent pour le reflet de la Lune sur l’Océan Indien, un grand nombre de jeunes pétrels et de puffins (ainsi que quelques adultes) s’échouent au sol. Une fois tombés par terre et privés de leur promontoire, il leur est impossible – avec leurs grandes ailes – de redécoller seuls. Ils périssent alors de déshydratation, de faim, de prédation (chiens et chats errants), voire d’écrasement sur les axes routiers.

dépliant les nuits sans lumière 2018 (PDF)

Pour compenser cet impact négatif lié aux activités humaines, la SEOR assure le sauvetage de ces oiseaux depuis 1995. Chaque année, la SEOR prend en charge, soigne et relâche entre 2300 et 2800 pétrels et puffins. Depuis novembre 2012, les échouages de ces oiseaux sont pointés de façon très précise par la SEOR dans le logiciel Google Earth, à partir des éléments d’adresse communiqués par les personnes qui trouvent les oiseaux échoués. Si dans les premières années, la SEOR parvenait à géolocaliser 30 à 50 % des échouages, en 2017, ce sont 2183 oiseaux sur les 2773 pris en charge qui ont été géolocalisés avec précision, soit 80 % des échouages. Une meilleure localisation des zones d’échouage permet une prise en charge rapide de l’animal à sauver ainsi que l’identification précise des zones à risques. Ces données ont aussi permis à la SEOR de dresser une carte déterminant avec précision les zones provoquant les échouages.

 

Carte de répartition des échouages des pétrels et puffins pour l’année 2017
source : SEOR

Une étude effectuée par la SEOR, sur les trajectoires des pétrels, permet de constater une corrélation entre les lieux d’échouages massifs des oiseaux et les sites importants de lumière artificielle. Ces données ont permis à la SEOR de faire un bilan des échouages et de classer les communes en fonction d’un niveau d’enjeu écologique. Les communes où l’enjeu écologique est le plus fort font l’objet d’un travail de sensibilisation plus poussé, afin qu’elles puissent cibler – au sein de leur territoire –  les zones où la pollution lumineuse est la plus impactante pour les pétrels.

La superposition de la carte des échouages et de celle des zones de pollution lumineuse met en évidence la corrélation entre éclairages et échouages. 
source : SEOR

Rappelons que ces campagnes d’extinction des lumières artificielles des communes de la Réunion ont pour but de préserver les jeunes d’une espèce menacée d’extinction.

     

Si les oiseaux marins (pétrels, fouquets et puffins) sont les premières victimes de nos trop nombreuses lumières nocturnes, voici d’autres raisons pour vous convaincre d’éteindre les lumières : santé, environnement, économies…

La lumière artificielle a des effets néfastes sur nous : troubles du sommeil, de la concentration, agressivité, diminution de performance… sont quelques-uns des 80 troubles liés à un éclairage excessif. La nuit noire est essentielle à notre rythme biologique.

Les éclairages trop nombreux et mal orientés perturbent le cycle de vie des tortues marines. Les femelles ne viennent plus pondre sur les plages éclairées et les nouveau-nés – qui se guident avec le reflet de la lune sur la mer – sont désorientés par les lampadaires allumés. Ils risquent alors de mourir de déshydratation, de fatigue ou de prédation.

L’île de La Réunion possède une biodiversité riche et unique grâce à des espèces animales endémiques. Or l’éclairage à outrance est nuisible à toutes les espèces animales de l’île (insectes, chauve-souris…). La surmortalité des insectes nocturnes (papillons de nuit, par exemple) a une conséquence directe sur la chaîne alimentaire naturelle et sur la pollinisation de certaines plantes.

La «pollution lumineuse » désigne le halo lumineux généré par la lumière mal orientée et donc perdue. Un fléau pour les astronomes et autres amoureux des étoiles.

S’éclairer coûte cher ! 58 % de la consommation totale d’électricité est imputable à l’éclairage. Une économie de 25 à 50 % sur la facture énergétique globale serait possible si chacune des communes de l’île revoyait la puissance, l’orientation et les horaires de l’éclairage public urbain.

A La Réunion, 65 %  de l’électricité est produite à partir d’énergie fossile qui génère du C02 ( gaz à effet de serre) et contribue au réchauffement climatique. Au niveau mondial, près de 15% de la consommation électrique est destinée à l’éclairage, ce qui représente 5% des gaz à effet de serre.

« Éteignons les lumières inutiles ou dirigées vers le ciel pour favoriser l’envol des jeunes pétrels, la ponte des tortues marines, l’observation du ciel et économiser l’énergie ! »
(slogan de la 10ème édition des Nuits dans Lumière)

Jeune Petit Fouquet, trouvé par Melba lors de notre sortie course à pied sur le Front de Mer de Saint-Denis (mois de janvier 2018). A défaut de carton, je l’ai placé dans une boîte de transport pour chat.

 

LES RECOMMANDATIONS DE LA SEOR EN CAS DE DECOUVERTE D’UN OISEAU ECHOUE

Si vous trouvez un oiseau échoué, évitez de le manipuler inutilement, car cet oiseau sauvage risque de stresser.
➔ Mettez-le dans un carton, dans lequel vous avez fait quelques trous pour lui permettre de respirer et placez-le dans un endroit au calme, à l’abri de la chaleur et du soleil, des chiens et des chats.
➔ Ne le nourrissez pas !
➔ Appelez au plus vite la SEOR au : 0262.20.46.65
Si personne n’est disponible lors de votre appel, laissez votre nom et votre numéro de téléphone sur leur répondeur. Une personne vous rappellera rapidement. Dès lors, la SEOR organisera avec vous, la récupération de l’oiseau dans les plus brefs délais grâce à son réseau de sauvetage (bénévoles + structures relais) opérationnel sur toute l’île.

Nous avons déposé le jeune Petit Fouquet directement à la SEOR (13, ruelle des Orchidées,
Cambuston, 97440 SAINT ANDRE) où il a été pris en charge (réhydratation, auscultation, nettoyage des plumes et réalimentation) avant d’être relâché.

À l’occasion des « nuits sans lumières » plusieurs évènements de sensibilisation sont programmés sur toute l’île. Le programme est à retrouver sur le site de nuits sans lumière.

Sources :
SEOR

Des crêpes ! Encore des Crêpes !

Réveillon de Noël et du nouvel an, repas de Noël et du 1er janvier, épiphanie… ouf…
A peine digérés la bûche de Noël, les chocolats et la galette des rois, voici que, ce vendredi, les crêpes ont pointé le bout de leur nez.
Sucre, confiture, coulis de fruit, pâte à tartiner, miel, crème de marron, filet de citron…  garnie d’une boule de glace, de pommes confites ou d’une salade de fruits… arrosée d’alcool et flambée… accompagnées de cidre ou de jus de fruits, les crêpes se déclinent en de multiples recettes pour combler tous les goûts.

Mais d’où vient cette tradition de faire sauter les crêpes le 2 février ?

La chandeleur est à l’origine une fête païenne devenue chrétienne. Chandeleur signifie « fête des chandelles » et elle est célébrée 40 jours après Noël.

Il existe deux hypothèses quand à l’origine des crêpes, ce jour là.
Selon la première, le pape Gélase 1er, au Vème siècle, institua une procession avec des chandelles chaque 2 février et faisait distribuer des crêpes aux pèlerins venus à Rome ce jour-là .
Selon la seconde, les origines seraient à chercher dans une coutume des Vestales qui offraient des gâteaux de blé afin de favoriser la prochaine récolte.

Crêpe garnie de miel, de pommes sautées et d’amandes

Les crêpes, rondes et dorées, sont le symbole du disque solaire et du retour du printemps, de la lumière. En effet, la Chandeleur marque l’allongement plus rapide des jours (du moins dans l’hémisphère Nord, car ici, à la Réunion, c’est plutôt le contraire !).
A l’origine, on fêtait ce moment avec une marche au flambeau (flambeau qu’il fallait réussir à ramener chez soi sans qu’il ne s’éteigne). Des chandelles étaient allumées dans les maisons et, à leur lumière, on dégustait des crêpes.
Confectionnées avec les reste de la farine de la précédente récolte, les crêpes étaient le gage d’une future récolte généreuse.

Crêpe garnie de confiture de mangue maison et de graines

Traditionnellement, il faut faire sauter la crêpe (et la récupérer comme il faut dans sa poêle, c’est-à-dire sur son autre face) de la main droite tout en tenant une pièce d’or dans la main gauche (sacré défi pour les gauchers !).
A l’origine, faire sauter les crêpes en les retournant était un espoir de prospérité et de bonne récolte.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Et, parce que les crêpes ne se mangent pas qu’à la Chandeleur, pourquoi ne pas donner à vos futures crêpes un petit goût de la Réunion ?
Avec Mardi Gras et le Carnaval qui arrivent à grands pas (le 13 février) pourquoi ne pas les flamber avec un rhum arrangé à la mangue, à l’ananas, à la vanille Bourbon, au letchis, au goyavier, à la vanille bleue,  les servir avec un punch coco (pour les enfants, un virgin piña colada se sera mieux à la place 😉 ) et les garnir de sucre vanillé à la vanille bleue, d’une boule de glace au coco maison ou d’une banane flambée ?
Et si vous adorez les confitures, lancez-vous dans la réalisation d’une confiture de goyaviers et dans des variantes à la mangue ou à la banane ! Miam !

BON APPETIT !

La menace cyclone

Comme tous les ans en cette période de l’année, l’Océan Indien connait une forte activité cyclonique. Et comme tous les ans, la Réunion n’échappe pas au passage, plus ou moins proche, de tempêtes et cyclones tropicaux.
Voici un petit compte-rendu du passage de Berguitta, le troisième système de la saison, avec cartes de trajectoire, bulletins cycloniques et mes observations du ciel.

A noter : Les prévisions de trajectoire et d’intensité sont à considérer avec prudence compte tenu de leur incertitude. Elles ne concernent que la position du centre du phénomène, sans considération sur son extension.

Vendredi 12 janvier 2018

Bulletin de Météo France Réunion : La zone perturbée est située  à 16 heures locales à 1365 km de La Réunion, par le point  16.6 Sud / 67.9 Est. Son  déplacement en direction Ouest-Sud-Ouest se fait à une vitesse de 15 km/h. La pression estimée au centre est de 1000 HPA.

Ce troisième système de la saison pourrait devenir tempête tropicale modérée entre le 13 et le 14 janvier prochain, avant de devenir une forte tempête tropicale le 15 janvier, puis cyclone tropical entre le 16 et le 17 janvier. L’île Rodrigues devrait se trouver sous l’influence du système dès ce week-end.

De ma fenêtre : le temps est couvert. Le soleil et les nuages se disputent le ciel. Impossible de prévoir le temps qu’il fera aujourd’hui. Casquette ou parapluie ? Il a encore plu cette nuit, car les routes et les trottoirs sont trempés. Tout le monde en a assez des fortes pluies et des orages qui se succèdent depuis le début du mois.

prévision de trajectoire au 12/01/2018 à 16 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Samedi 13 janvier 2018

Bulletin de Météo France Réunion : A 10h (heures locales), la dépression tropicale se situe à 1050 km de nos côtes, au secteur Est-Nord-Est, à 17.7° Sud et 65.2° Est. La pression estimée en son centre est de 999 HPA. Elle se dirige vers l’Ouest-Sud-Ouest à 11 km/h et pourrait devenir cyclone tropical à partir de lundi.

De ma fenêtre : Enfin un peu de soleil ! Voilà qui change ! Il y a un peu de vent et il fait lourd.

prévision de trajectoire au 13/01/2018 à 10 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Dimanche 14 janvier 2018

Bulletin de Météo France Réunion : Le système s’est renforcé et est devenu tempête tropicale modérée. Elle a été baptisée Berguitta et se situe, à 4h, à 830 km de La Réunion au secteur Est-Nord-Est à 18.2° Sud et 63.2° Est. Son déplacement vers l’Ouest est de 9 km/h. La pression estimée en son centre est de 995 hPa.

Les prévisions sont plus pessimistes que la veille. Le système se renforce progressivement et pourrait – selon les prévisionnistes – passer au stade de forte tempête tropicale lundi 15 janvier puis au stade de cyclone tropical le mardi 16 janvier et au stade de cyclone tropical intense le jeudi 18 janvier. Si sa trajectoire ne change pas, il pourrait passer très près de la Réunion.

De ma fenêtre : Une grosse averse et des rafales de vent à 2 heures du matin. Les stores claquent contre la baie vitrée, le vent siffle, mais je suis trop endormie pour me lever et fermer la fenêtre. A 3h30, le calme est revenu. Je peux me rendormir. Ah, non… C’est l’heure de se lever, pour se préparer à l’entrainement quotidien !
Il y a un magnifique soleil et le ciel est d’un bleu limpide. Mais le vent souffle par rafales. Pas difficile de deviner qu’une tempête tropicale rode dans les parages.
Les chats sont surexcités. Je ne les ai jamais vus comme cela. Au lieu de dormir, ils se chamaillent, se poursuivent et grimpent partout. Quand à Melba, elle n’apprécie pas les rafales de vent et regarde dehors, d’un air inquiet.

prévision de trajectoire au 14/01/2018 à 4 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Lundi 15 janvier 2018

Bulletin de Météo France Réunion : Berguitta s’est renforcée et est devenue forte tempête tropicale.  A 10h, elle se trouve à 855 km au Est-Nord-Est des côtes réunionnaises par le point 17.8 Sud / 63.2 Est. Sa vitesse de déplacement est de 4 km/h vers le Nord-Est.  La pression estimée au centre est de 980 HPA.

De ma fenêtre : Course à pied avec Melba sur le Front de Mer de Saint-Denis. Le ciel est d’un bleu magnifique, quelques nuages à l’horizon cachent un instant le lever du soleil. Il n’y a aucun souffle de vent. Aucune feuille d’arbre ne bouge. La nature semble être en attente. Tout à l’air trop calme. L’atmosphère de ce petit matin illustre bien l’expression « le calme avant la tempête ».
Au milieu de la matinée, le vent se lève de nouveau. Les rafales semblent plus fortes que la veille.

prévision de trajectoire au 15/01/2018 à 10 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Bulletin de Météo France Réunion : La forte tempête tropicale Berguitta est devenue cyclone tropical intense. A 16 heures, sa position est de 17,9 Sud et 63.0 Est à 830 km des côtes réunionnaises, au secteur Est-Nord-Est. Le cyclone Berguitta est quasi-stationnaire. La pression estimée en son centre est de 940 HPA.

prévision de trajectoire au 15/01/2018 à 16 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

De ma fenêtre : Tout semble se précipiter. Le système est devenu cyclone tropical plus tôt que prévu. La Réunion est en pré-alerte cyclonique, pourtant le ciel est toujours aussi bleu.
A Saint-Denis, il fait chaud, voire lourd. Le vent souffle par rafales, puis se calme.
La trajectoire du cyclone inquiète de plus en plus. A chaque nouveau bulletin cyclonique, la nouvelle prévision de trajectoire fait se rapprocher un peu plus le cyclone des côtes réunionnaises. Conséquence : Les magasins sont pris d’assaut. Packs d’eau et aliments qui se conservent hors du frigidaire ou du congélateur (en cas de coupure d’électricité) se font de plus en plus rares dans les rayons. Par contre, les files d’attente aux caisses s’étendent de plus en plus. Lorsqu’un cyclone approche, il faut aussi vérifier les réserves de bougies, d’allumettes, de serpillières, de piles et prévoir une lampe torche et une radio fonctionnant avec des piles. Les coupures d’électricité sont fréquentes et peuvent durer très longtemps.

Extrait du guide des alertes cycloniques à la Réunion

Extrait du guide des alertes cycloniques à la Réunion

Bulletin de Météo France Réunion : A 22 heures, la pression estimée au centre du cyclone tropical intense est de 940 HPA. Berguitta se trouve à 780 km Est-Nord-Est de la Réunion par le point 18.2 Sud et 62.6 Est. Sa vitesse de déplacement est de 7 km/h vers l’Ouest-Sud-Ouest.

prévision de trajectoire au 15/01/2018 à 22 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

De ma fenêtre : La nuit a été calme : ni vent, ni pluie.

Mardi 16 janvier 2018

Bulletin de Météo France Réunion : Berguitta se trouve à 4 heures, à 715 km au Est-Nord-Est de La Réunion par le point 18.2 Sud / 61.9 Est. Elle se déplace vers le Sud-Est, à 13 km/h en direction de l’Ouest. La pression estimée en son centre est de 940 HPA.

De ma fenêtre : Un soleil magnifique, un ciel sans nuage et pas de vent sur le chef-lieu. Il fait chaud. Comme hier matin, cette impression d’attente, de temps suspendu. Sur le Front de mer de Saint-Denis, la mer est calme. Quelques vagues viennent s’échouer sur la plage de galets, les faisant rouler. Tout est paisible.

prévision de trajectoire au 16/01/2018 à 4 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Bulletin de Météo France Réunion : Berguitta est redevenu cyclone tropical. A dix heures, il se trouve à 680 km de la Réunion au secteur Est-Nord-Est par les points 18.1 Sud et 61.5 Est. Berguitta se déplace à 11 km/h vers l’ouest. La pression estimée est de 955 HPA.

De ma fenêtre : Le vent s’est levé par intermittence et le ciel s’est couvert.

prévision de trajectoire au 16/01/2018 à 10 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Bulletin de Météo France Réunion : A 16 heures, Berguitta se trouve à 640 km au secteur Est-Sud-Est par le point 18.2 Sud et 61.1 Est. Le cyclone tropical se déplace à 9 km/h en direction de l’Ouest. La pression estimée au centre est de 963 HPA.

De ma fenêtre : Le temps est indécis sur Saint-Denis. Le soleil alterne avec les nuages et les rafales, avec de longues périodes d’accalmie. Il fait très chaud, voire lourd.

prévision de trajectoire au 16/01/2018 à 16 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Ce soir, tout est calme à Saint-Denis. Le ciel est étoilé, il n’y a pas de vent. Par contre, il fait chaud et lourd. Le moindre mouvement fait rouler des gouttes de sueur sur la peau. Tout est bon pour se rafraîchir : douche fraîche, thé glacé, ventilateur. Au pied de l’immeuble, les grenouilles chantent dans le ruisseau qui longe le bâtiment. C’est la saison des amours et les mâles vocalisent à qui mieux-mieux. Ils sont assommants !
Sans les bulletins météo, impossible de se douter qu’un cyclone rode dans les parages et menace l’île.

Mercredi 17 janvier 2018

Bulletin de Météo France :  A quatre heures, le cyclone tropical Berguitta se trouve à 545 km au secteur Est-Nord-Est des côtes réunionnaises par le point 18.5° Sud / 60.2° Est. Il se déplace à 9km/h en direction de l’Ouest-Sud-Ouest. La pression estimée en son centre est de 968 HPA

De ma fenêtre : Comme hier, tout est calme sur le front de mer de Saint-Denis. Une légère brise vient rafraîchir les matinaux coureurs que Melba et moi, sommes. La mer ondule doucement. Seule différence avec hier : De gros nuages gris se partagent le ciel avec les premiers rayons de soleil.

prévision de trajectoire au 17/01/2018 à 4 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

A 8 heures, nous passons en alerte orange. Pourtant, à Saint-Denis, toujours pas le moindre souffle de vent, pas la moindre goutte de pluie. Le soleil a vaincu les nuages et brille fort.

Extrait du guide des alertes cycloniques à la Réunion

Ma fille s’étonne de ce contraste entre le temps qu’il fait dehors et la menace cyclonique qui se précise. La carte de vigilance des phénomènes dangereux montre que seul le nord de l’île est, encore, épargné. Pas de vent, pas de pluie, pas de houle.
Mais pour combien de temps encore ?

Carte de vigilance phénomènes dangereux du 17 janvier 2018
Seul le nord de l’île est épargné par la pluie, le vent et la houle.
Source : Météo France Réunion

La plaquette des évènements météorologiques dangereux (PDF)

Les compagnies aériennes prennent leurs précautions en annulant les vols d’aujourd’hui et de demain.
Les équipements sportifs, les piscines, les bibliothèques municipales, les jardins botaniques et les musées ferment au public et se préparent à l’arrivée du cyclone (mise à l’abri des équipements).
Les centres aérés et les colonies de vacances n’accueillent plus les enfants dès ce matin et jusqu’à nouvel ordre.
L’université de la Réunion ferme ses portes.
Pour les écoliers, les collégiens et les lycéens se sont les vacances scolaires. S’il y avait eu classe, les écoles, les collèges et les lycées auraient, eux-aussi, cessés d’accueillir leurs élèves.
Les communes ont ouvert des centres d’hébergement, dans des écoles et des gymnases, afin de recevoir les sinistrés.

A midi, Berguitta a perdu en intensité et est rétrogradé en forte tempête tropicale. L’alerte orange est maintenue, car le phénomène se rapproche toujours de l’île.
Si dans le Sud et dans l’Est, les conditions météorologiques se sont dégradées ; à Saint-Denis, le ciel est couvert et il y a un peu de vent. Mais rien d’inquiétant.

Bulletin de Météo France Réunion : A 16 heures, Berguitta se trouve à 500 km des côtes réunionnaises, au secteur Est-Nord-Est, par le point 18.5 Sud et 59.7 Est. La forte tropicale se déplace à 9 km/h dans la direction Ouest-Sud-Ouest. La pression estimée en son centre est de 970 HPA.

De ma fenêtre : Des nuages noirs ont assombri le ciel et le vent souffle un peu plus fort sur Saint-Denis. C’est appréciable car il fait toujours aussi chaud et lourd.

prévision de trajectoire au 17/01/2018 à 16 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Ce soir, les nuages se teintent d’orange. La pluie commence à tomber, mais rien de bien méchant. Par contre dans le sud de l’île, c’est toujours le déluge.
Une fine pluie tombera toute la nuit sur Saint-Denis et il n’y aura aucune rafale de vent.

Jeudi 18 janvier 2018

Bulletin de Météo France Réunion : La forte tempête tropicale Berguitta se situe à 4 heures locales à 310 km des côtes réunionnaises au secteur Est-Nord-Est par le point 19.9 Sud et 58.5 Est. Elle se déplace vers le Sud-Ouest à 20 km/h. La pression estimée en son centre est de 975 HPA.

De ma fenêtre : Le ciel est gris, il fait sombre et une petite pluie fine arrose Saint-Denis. Il n’y a pas de vent. Sur le Front de Mer, la mer était un peu plus agitée qu’hier, mais rien à voir avec la houle que subissent les côtes Sud et Est de l’île.

prévision de trajectoire au 18/01/2018 à 4 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

A 8 heures, le Préfet de la Réunion a décidé de maintenir l’alerte orange et de ne pas placer la Réunion en alerte rouge. L’alerte orange reste en vigueur jusqu’à la fin de la journée. Les Réunionnais sont invités à se tenir informés de l’évolution de la situation. Berguitta devrait passer au plus près de nos côtes – à plusieurs dizaines de kilomètres au large de Saint-Philippe – entre 15 et 16 heures.
Le temps devrait continuer à se dégrader sur toute l’île, dans la journée, à l’exception de la région Nord. Les autorités déconseillent les déplacements dans le Sud de l’île. La vie économique de l’île continue. Les centres aérés et de vacances pour les enfants sont maintenus fermés. Par précaution, l’aéroport a lui aussi été fermé.

Bulletin de Météo France : A 10 heures Berguitta ne se trouve plus qu’à 185 km des côtes réunionnaises au secteur Est-Nord-Est par le point 20.7 Sud et 57.5 Est. La forte tempête tropicale se déplace vers le Sud-Ouest à 24 km/h. La pression estimée en son centre est de 980 HPA.

De ma fenêtre : En milieu de matinée, la pluie a cessé sur Saint-Denis.

prévision de trajectoire au 18/01/2018 à 10 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

Les conditions météorologiques se sont dégradées dans l’Ouest de l’île et sont de plus en plus difficiles dans le Sud : fortes pluies, rafales de vent, radiers submergés, routes coupées, rivières en crue, inondations, foyers privés d’électricité.
Beaucoup de Réunionnais s’interrogent sur la pertinence de la décision du préfet. Décision qui a provoqué la colère et l’incompréhension sur les ondes et les réseaux sociaux. Ceux qui doivent sortir pour aller travailler s’inquiètent des conditions météorologiques qu’ils doivent affronter.
La polémique s’installe sur les réseaux sociaux car les habitants des régions concernées par les conditions météorologiques dégradées, pestent contre une décision qu’ils jugent dangereuse. Pour eux, le préfet a privilégié le maintien de la vie économique au détriment de la sécurité des citoyens, obligés d’affronter les éléments pour se rendre à leur travail.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De ma fenêtre : Toute l’après-midi est calme sur Saint-Denis, alors que la tempête passe au plus près de nos côtes.
A 18 heures, l’alerte orange n’est pas levée, contrairement à ce qu’avait annoncé le préfet et à Saint-Denis le temps se dégrade. De fortes rafales apportent de la pluie. On ferme toutes les fenêtres, le vent siffle. Des branches tombent sur les routes.

Vendredi 19 janvier 2018

Bulletin de Météo France Réunion : A quatre heures, Berguitta – rétrogradée en tempête tropicale modérée – se situe à 230 km des côtes réunionnaises, au secteur Sur-Sud-Ouest, par le point 23.2 Sud et 54.5 Est. Elle se déplace vers le Sud-Sud-Ouest, à 24 km/h. La pression estimée en son centre est de 982 HPA.

prévision de trajectoire au 19/01/2018 à 4 heures (cliquer pour agrandir)
source : Météo France Réunion

De ma fenêtre : La nuit a été très venteuse. Au réveil, ce n’est pas mieux : rafales, pluie. Des branches jonchent les trottoirs et les routes. Pas de course à pied pour Melba et moi, ce matin. Trop risqué.
En milieu de matinée, quelques rares rayons de soleil tentent de percer l’épaisse couche nuageuse qui surplombe la ville.

Carte de vigilance phénomènes dangereux du 19 janvier 2018
Source : Météo France Réunion

Pour beaucoup de Réunionnais, c’est l’heure du bilan, du nettoyage et des réparations. Si le Nord a été épargné, le reste de l’île a été fortement affecté par les pluies diluviennes et les fortes rafales de Berguitta. Les travaux commencent pour dégager les routes et les remettre en état, rétablir l’eau et l’électricité. Certains habitants ont vu leur jardin et leur maison envahis par l’eau et la boue.
Des politiques se sont emparés de la polémique concernant l’absence d’alerte rouge.
Hier, un homme dont la voiture a été emprisonnée par une coulée de boue, a été emporté. Il n’a pas été retrouvé, malgré les recherches qui ont repris ce matin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’aéroport Roland Garros, le trafic aérien reprend aujourd’hui. Certains vols ont été modifiés.
L’alerte orange a été levée dans la matinée.
Tout le monde espère un rapide retour du beau temps, qui faciliterait le nettoyage et les réparations des dégâts causés par le passage de Berguitta

Mais où sont passés les letchis ?

Un « hiver » trop chaud et des pluies trop abondantes ont eu raison de la saison des letchis. Pas ou peu de fleurs sur les arbres donc, pas ou peu de fruits.
Cette année, les étals des marchés ne se sont pas ou très peu couverts des fruits rouges, symboles des fêtes de fin d’année et de l’été austral. Conséquence de cette faible production pour les consommateurs : des prix jamais vus. Une petite consolation tout de même : les letchis sont de qualité et le goût est là !

Fin du mois de décembre, au marché des Camélias, j’aperçois l’unique, le seul marchand de letchis. Mon mari est fou de ces fruits alors je m’approche. Aucune étiquette n’annonce les prix. Mauvais signe. Je demande tout de même au marchand, le prix au kilo. En entendant sa réponse, je manque de m’étrangler : 10 euros le kilo ! Et il m’annonce que ce sont les derniers qu’il vendra. La saison est déjà terminée alors qu’elle vient tout juste de commencer ! Tant pis, à ce prix là, pas question d’en acheter ! Mon mari devra attendre l’année prochaine, en espérant que la récolte soit meilleure que celle-ci. Cette année, pas de letchis à 1 euro le kilo, au plus fort de la récolte !

Si les consommateurs sont frustrés et déçus, pour les producteurs, c’est une catastrophe : baisse de la récolte de 85%, plusieurs semaines de retard pour le début de la récolte, chiffre d’affaire divisé par deux pour certains agriculteurs (lorsque ce n’est pas la faillite pour ceux qui pratiquent uniquement la culture du letchi), emplois saisonniers non renouvelés.
Selon la chambre de l’agriculture, le chiffre d’affaire total de la production de letchis en 2016 s’élevait à 5 millions d’euros (marché local et exportation) avec 3 millions de tonnes de fruits produits. Pour la saison 2017, les prévisions ne sont pas très encourageantes, avec seulement 1,5 millions d’euros de chiffre d’affaire prévu pour 1200 tonnes de fruits produits.
Dans l’est de l’île, la situation est pire que dans l’ouest. Et comme si cela ne suffisait pas, les mangues aussi ont été victimes de la météo. Quand aux longanis, leur récolte ne semble guère plus prometteuse.

Mais pourquoi les arbres n’ont-il pas fleuri cette année ?
Pour pouvoir donner des fleurs, les pieds de letchis et les manguiers doivent subir un stress hydrique durant l’hiver austral. C’est à dire, un manque d’eau. Ce stress permet à ces arbres de déclencher le processus de floraison, dans le but de se reproduire en faisant des fruits. Or, cette année, l’hiver a été trop chaud et trop pluvieux pour que ces arbres stressent suffisamment.
Résultat : peu de stress, peu de fleurs. Et qui dit peu de fleurs, dit peu de fruits !

Arbre à letchis ou pié letchi

Autre conséquence de la rareté des fleurs sur les pieds de letchis en 2017 : le miel de letchis se fera, lui aussi, rare en 2018 !

Heureusement qu’il nous reste les bananes, les ananas, les corossols, les fruits de la passion, les pitayas, les papayes… à condition que la météo, bien pluvieuse depuis deux semaines, ne vienne pas gâcher les récoltes…

Affaire à suivre, donc.

 

 

 

 

 

 

 

Qui sera le roi du jour ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après avoir bien réveillonné à Noël, puis avoir remis ça pour le nouvel an, nous pensions tous laisser notre pauvre estomac se reposer un peu et appliquer l’une des bonnes résolutions prises pour cette nouvelle année : se (re)mettre au sport.
Mais c’était sans compter avec l’Epiphanie et ses multiples galettes ! Alors, tant pis pour le repos de notre pauvre estomac, on attendra le mois de février (quoique… la chandeleur et ses crêpes nous attendent dès le 2 février ! ), mais on peut déjà chausser nos baskets, histoire d’éliminer tous ces copieux repas ! Allez courage !

En France, l’Epiphanie est une fête chrétienne qui célèbre la visite des rois mages à l’enfant Jésus. Si elle a lieu le 6 janvier dans beaucoup de pays, en France – où  ce jour n’est pas férié – elle se fête le premier dimanche qui suit le premier janvier. Depuis le Moyen Âge, il est de tradition, en France, de couper la galette, en famille. Ce gâteau, contenant une fève, est la « galette des rois ». Elle est aussi appelée « galette parisienne ».

Collection de fèves de galette des rois (fabophilie)

Traditionnellement, le plus jeune membre de la famille va sous la table et attribue chaque part de galette à une personne. Celui qui trouve la fève dans sa part de galette devient le roi – ou la reine – de la journée. Il est alors coiffé d’une couronne de papier doré et doit choisir sa reine ou son roi. A ce « roi du jour » d’offrir la prochaine galette ! Car la galette sera ainsi coupée jusqu’à la fin du mois de janvier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans la plus grande partie de la France, la galette des rois est faite de pâte feuilletée généralement garnie de frangipane (une crème à base d’amandes). Parfois, la galette est garnie de compote de pomme ou de chocolat.

Part de galette des rois

Dans le sud de la France, le « gâteau des rois » est une brioche – en forme de couronne – parfumée à la fleur d’oranger et contenant des fruits confits. Cette brioche est aussi nommée « galette briochée ».

gâteau des rois
source : wikipédia

A la Réunion, la galette des rois est présente sur les étals des pâtissiers et des boulangers dès la fin du mois de décembre. La tradition est très vivace et la galette des rois à la frangipane reste la préférée des Réunionnais. 80% des galettes vendues sont des galettes à la frangipane. Pour innover et concurrencer la grande distribution – qui propose des galettes avec différents goûts – les artisans boulangers réinventent la galette des rois. Frangipane parfumée à la vanille, au letchi, au caramel beurre salé, aux fruits de saison… Revisiter ce classique, sans dénaturer la galette et tout en respectant la tradition, est la problématique à laquelle se confrontent les artisans boulangers.

Un sondage réalisé en 2014 révélait que 97 % des français perpétuent cette fête.  70 % d’entre eux choisissent une galette à la pâte feuilletée et à la frangipane (surtout dans la moitié nord de la France), 11% préfèrent une galette à base de brioche (surtout dans le Sud), alors que seulement 8 % optent pour une galette à la pâte feuilletée et à la pomme. 9 % consomment plus de cinq galettes pendant le mois de janvier.
Côté fève, 68 % s’arrangent pour donner la fève aux plus jeunes (histoire d’éviter la crise de larmes lorsque le petit dernier n’est pas couronné roi !)

Carte de la répartition géographique de la galette parisienne et de la galette briochée en France, selon les départements
Légende :
Vert foncé : Galette des rois à 100 %.
Vert clair : Galette des rois entre 50 et 75 %.
Orange foncé : Gâteau des rois à 100 % (≈)
Orange clair : Gâteau des rois entre 50 et 75 %.
Source : Wikipédia

Expressions :

Trouver la fève du gâteau : faire une trouvaille, une découverte avantageuse, une heureuse rencontre.
Gagner / avoir la fève : obtenir un avantage, réussir.
Avaler la fève avec le gâteau : laisser passer sa chance sans s’en apercevoir.

Le réveillon de Noël à la Réunion vu par le Letchi

Vous souvenez-vous du Letchi Amer ? Je vous avez parlé de ce youtubeur dans cet article. Il dépeint la Réunion, les Réunionnais et les traditions locales avec un regard tour à tour plein d’humour, de cynisme et de dérision.
Aujourd’hui, pour cette veille de Noël, je vous propose deux de ses vidéos humoristiques. Comme à son habitude, c’est avec beaucoup de malice, qu’il évoque – dans la première vidéo – les préparatifs de Noël dans une famille réunionnaises. Dans la seconde, il aborde les « spécificités » du réveillon de Noël réunionnais.

 

N’hésitez pas à vous rendre sur son blog pour toujours plus de vidéos.

Joyeux Noël à tous !