Baleines à l’horizon !

source image : Wikipédia

Pour la première fois, il y a une semaine, j’ai eu la chance d’assister au spectacle offert par deux baleines. La mère et son petit soufflant et sautant. Fascinant. Malheureusement, impossible de prendre des photos souvenirs avec un téléphone portable. Les baleines étaient trop éloignées pour mon petit zoom et pour une fois je n’avais pas mon appareil photo. J’enrageais ! Pour ma défense, j’étais juste allée chez le vétérinaire pour récupérer des médicaments pour l’un de mes chats et je ne m’attendais pas à contempler des baleines !
Et comme tous ceux qui se trouvaient au bon endroit au bon moment, j’étais fascinée !

Et ce matin, pendant mon entrainement de course à pieds, rebelote ! Des jets apparaissent au-dessus de l’océan, des masses sombres affleurent à la surface. Des cyclistes et des coureurs s’arrêtent, tendent le bras vers l’horizon. Je manque de me tordre les chevilles sur le sentier à scruter l’océan au lieu de regarder où je pose mes runnings. Evidemment, je n’ai pas mon appareil photo ! (Ben, en même temps, je ne l’amène pas avec moi lorsque je cours ! Pas très pratique !)

C’est en effet, LE moment de l’année où il faut scruter l’océan. Car de mai à octobre, la période est propice à l’observation des baleines à bosses. Celles-ci viennent s’accoupler ou donner naissance à leur baleineau dans les eaux réunionnaises. Eaux « chaudes » pour des baleines, alors que nous sommes en plein hiver austral ! Pendant quelques semaines, mères et petits restent proches des côtes de la Réunion. Une fois le baleineau prêt, mères et petits entreprennent le long voyage vers les eaux glacées de l’Antarctique, où elles passeront « l’été ». Un sacré voyage de plus de 25 000 kilomètres tout de même !

Si de nombreux Réunionnais et touristes se contentent d’observer les baleines à bosses depuis les côtes, certains ont envie d’aller au plus près de ces mammifères marins. Certains professionnels de la mer proposent de vivre cette rencontre unique et privilégiée dans le respect de l’environnement et des espèces marines. C’est dans ce but que les autorités ont mis en place charte d’approche et d’observation responsables des mammifères marins et des tortues marines de la Réunion ainsi que le label Observation Certifiée Responsable des Cétacés à La Réunion (O²CR).

Si vous décidez de vous passez d’un professionnel de la mer et d’aller par vos propres moyens d’aller observer au plus près ces géants des mers – et même si le spectacle est magnifique – gardez tout de même vos distances et veillez à ce que l’embarcation ne se trouve jamais en travers de leur trajectoire. Sans cela, vous risquez de voir atterrir sur votre frêle esquif, une baleine de plus de tente tonnes ! Soyez d’autant plus prudent, s’il s’agit d’une mère et de son petit. Si celle-ci sent son petit en danger ou qu’elle-même se sent menacée, elle peut riposter.

Dans tous les cas, ne prenez pas de risques, restez à bonne distance, sous peine d’une grosse frayeur (dans le meilleur des cas) :

Pour plus d’informations sur les cétacés de la Réunion, cliquez ici !

 

 

 

Publicités

Miam, des goyaviers !!

goyaviers mûrs
La saison des goyaviers est de retour et fait le bonheur des gourmands. Sur les étals des marchés forains s’alignent des barquettes de petits fruits d’un beau rouge profond.
A la Réunion le terme de « goyavier » vaut à la fois pour les fruits et pour la plante qui les produit.

Originaire d’Amérique du Sud, ce petit arbre fruitier a été introduit à la Réunion en 1818 pour la saveur de ses fruits. Le climat de l’île lui ayant plu, il s’est développé jusqu’à coloniser les sous-bois. Il est aussi une espèce pionnière des coulées de lave, empêchant par sa présence la croissance des plantes indigènes et donc, nuisant au bon processus de recolonisation. Il est aujourd’hui considéré comme une espèce invasive.

cueillette

Mais, paradoxe – alors que le goyavier est considéré comme envahissant et menaçant pour les espèces indigènes avec lesquelles il entre en compétition – ses fruits, à la fois acidulés et sucrés et d’un rouge pouvant aller jusqu’au bordeaux lorsqu’ils sont bien mûrs, sont très prisés des Réunionnais. A chaque saison des goyaviers (de février à octobre), les familles se rendent dans les sous-bois afin de cueillir un maximum de fruits. Et les récoltes sont souvent impressionnantes, car c’est avec des seaux remplis à ras bord que chacun revient.
Les fruits seront dégustés crus ou préparés en gelées, confitures, sorbets, tartes, gâteaux, jus de fruits, crème, coulis, punch ou encore rhum arrangé.

récolte vite engloutie
Le bois du goyavier est utilisé pour faire des palissades, des meubles, des objets décoratifs.

bd836-arabesque2Rhum arrangé goyavier

Ingrédients :
– 1 kilo de goyaviers à maturité (rouges mais pas trop et encore fermes sous les doigts)
– 3 litres de rhum blanc (rhum charrette)
– 250 grammes de sucre de canne
– 2 gousses de vanille Bourbon (facultatif)

Préparation :

– Après avoir soigneusement lavé et égoutté les goyaviers, les étêter et les couper en deux.
– Dans un grand bocal hermétique, mettre les goyaviers coupés et le sucre. Si l’on souhaite rajouter une note vanillée à la préparation, couper les gousses de vanille en deux dans le sens de la longueur et les mettre dans le bocal.
– Verser le rhum sur les fruits et le sucre.
– Laisser macérer dans un endroit frais et à l’abri de la lumière pendant trois mois.

Variante :

Pour un rhum arrangé plus sucré que le précédent, il suffit de choisir des fruits très mûrs. La recette est la même que plus haut sauf en ce qui concerne de temps de macération qui passe à un mois. A la fin de cette période de macération :

– Retirer les fruits de l’alcool afin de les écraser à la fourchette dans un tamis.
– Verser le jus obtenu dans le bocal et jeter la pulpe.
– Goûter pour éventuellement rectifier le dosage de sucre.
– Laisser macérer encore un mois.

Attention, cette version plus sucrée est aussi plus sournoise que la précédente ! Alors à consommer avec modération et, de préférence, dans de petits verres à rhum.

BONNE DEGUSTATION !!!

goyaviers

bd836-arabesque2Confiture de goyavier

Ingrédients :
– 1,5 kilo de goyaviers
– 1 kilo de sucre de canne
– eau
– 1 gousse de vanille Bourbon

Préparation :

– Après avoir soigneusement lavé et étêté les fruits, les couper en morceaux.
– Recouvrir les fruits d’eau et les faire cuire à feu moyen, pendant 30 minutes.
– Retirer la préparation du feu et la passer au presse-légumes manuel afin de retirer les pépins.
– Dans une marmite, mélanger le sucre et la purée de fruits.
– Couper la gousse de vanille en deux dans le sens de la longueur et la mettre dans la marmite.
– Faire cuire à feu vif jusqu’à ébullition, puis à feu doux pendant 45 minutes afin que la préparation épaississe.
– Verser la confiture chaude dans des pots préalablement stérilisés à l’eau bouillante. Refermer immédiatement les pots et les retourner jusqu’à refroidissement complet.

BON APPETIT !!!

goyaviers coupés

Bonne fête papa !

bonne_fetes_papa 2

Après les mamans, ce sont les papas que l’on célèbre aujourd’hui.
Jamais à cours d’idée, les enseignants font réaliser à leurs élèves des cadeaux plus originaux les uns que les autres : cendriers en pâte auto-durcissante, coquetiers, cadres photos, porte-clefs, tee-shirts, tasses… et j’en passe !
Les plus grands cassent leur tirelire pour offrir à leur papa une cravate, un stylo, une bouteille de vin (ou de champagne), un livre, une boîte de chocolats… en fonction des goûts de leur père.
Encore une fois, c’est autour d’un bon repas que la famille se réunira pour honorer les papas et les remercier pour leur protection, leur amour et leur dévouement à leur famille.

bonne_fetes_papa 4

Les origines de la fêtes des pères

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la fête des pères n’est pas récente. En effet, dans les pays catholiques, les papas sont célébrés dès le Moyen-Âge, le 19 mars, jour de la Saint-Joseph (le père adoptif de Jésus).
En 1889, le pape Léon XIII, fait de Saint-Joseph, le patron des pères de famille et des travailleurs. Les enfants offraient alors à leur père des fleurs ou de petits cadeaux.
En France, la fête des pères (non religieuse) est lancée par la société Flaminaire, marque bretonne de briquets, en 1949. L’entreprise estimait que cette fête serait une bonne occasion pour offrir des briquets aux papas. Une façon comme une autre d’augmenter les ventes de la société !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si la fête des pères a été instaurée en 1952 en France, elle n’a cependant jamais été officialisée. Ainsi, bien qu’elle apparaisse sur les calendriers et qu’elle soit fêtée le troisième dimanche de juin, elle n’est en rien une fête officielle, contrairement à la fêtes des mères.

affiche fête des pères  affiche fête des pères affiche fête des pères

Cette fête, qui devint rapidement populaire et incontournable, a pour symbole la rose rouge lorsque le père est vivant et la rose blanche lorsque celui-ci est décédé.

bonne_fetes_papa 3

Quelques expressions avec « papa » :

En français :

* papa poule : père qui s’occupe beaucoup de ses enfants, qui les protège, comme une poule avec ses poussins.
* papa gâteau : père généreux, attentionné avec ses enfants, qui cède facilement à tous leurs caprices.
* fils / fille à papa : fils / fille de riche

En créole réunionnais :

* Kalbass amer i suiv la rassine (La calebasse amère suit la racine) : Tel père, tel fils

bonne_fetes_papa

Procession Tamoule

Un bruit de tambour dans le lointain, me tire de ma lecture… C’est une procession tamoule qui traverse la ville, promenant dans les rues une divinité, qu’accompagnent des danseuses et des pénitents, au corps piqué d’aiguilles d’argent ou à la bouche transpercée par un trident : le « soulon ». Les tambours sacrés ouvrent la procession, suivis par les danseuses puis les croyants et les pénitents. Le char de la divinité, tiré par les croyants, ferme la procession.
Celle-ci perturbe un peu la circulation, mais les automobilistes, compréhensifs et curieux, attendent qu’elle soit passée, pour reprendre leur route.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Dans la procession, un homme porte sur sa tête un cône de fleurs : le Karlon. Ce gros vase de cuivre surmonté d’un cône de feuillages et de colliers de fleurs peut peser de 15 à 20 kg. Les Karlons sont des coiffes qui représentent une divinité précise et à chaque divinité est associée une couleur de fleurs : fleurs rouges pour Karly, blanches pour Marliémen et jaunes pour Pandialee. Le karlon sera porté à tête d’homme tout le long de la procession. Le pénitent a le poids moral, la responsabilité de porter l’énergie de la divinité.
Au mois de mai, c’est la déesse Marliémen (ou Mariamen) qui est célébrée. Cette déesse protectrice, garante de la santé est symbolisée par la couleur blanche. Des offrandes strictement végétariennes lui sont faites.

Bonne fête maman !

bonne_fetes_013

Chaque année, à la même période, les petits Français remercient leur maman pour tout l’amour, l’attention et la protection qu’elle leur donne chaque jour, par un petit poème, une carte, un cadeau fait maison ou encore un bouquet de fleurs. Bien évidemment, les petits Réunionnais n’échappent pas à la règle.
Et dans les classes, les petites mains s’activent pour terminer à temps le cadeau imaginé par le maître ou la maîtresse.


Les magasins aussi proposent de multiples idées cadeaux : parfums, bijoux, foulards, chocolats, sans oublier l’indétrônable bouquet spécialement composé pour l’occasion.
Souvent décriée comme étant devenue une fête purement commerciale, la fête des mères avait pourtant un tout autre objectif lors de son instauration.
Petit retour en arrière pour découvrir l’histoire de cette tradition, très ancienne, qui a traversé les siècles.

bonne_fetes_012

Origine de la fête des mères

La fête des mères remonte à l’antiquité. Ce sont les grecs et les romains qui instaurent cette journée où des cérémonies sont données en l’honneur de Rhéa et Cybèle, les mères de tous les Dieux. Cette coutume a disparu avec l’apparition de la religion catholique, car considérée comme païenne.

En 1806, Napoléon évoque la création d’une fête des mères et de la famille qui serait fêtée au printemps et dont le but était d’honorer les mères de familles nombreuses.

En 1897, afin de lutter contre la dépopulation et de mettre en avant l’importance de la fécondité et les vertus de la famille, l’Alliance Nationale contre la dépopulation lance l’idée d’instaurer la fête des enfants.

Le 10 juin 1906, l’Isère met les mamans à l’honneur en mettant en place la première célébration de la fête des mères. Les plus méritantes sont récompensées et des défilés sont organisés dans les rues décorées.

mother_day

Le 16 juin 1918, à l’initiative du colonel Croix-Laval, se déroule, à Lyon, la première journée des mères en hommage à toutes les femmes ayant perdu un fils ou un mari dans les tranchées.

Le 20 avril 1926, a lieu la première cérémonie officielle nationale de la journée des mères. Les mères de familles nombreuses, vertueuses et courageuses sont célébrées et reçoivent la « médaille de la famille française ».

En 1929, cette fête a surtout pour but de favoriser la natalité dans le cadre de la politique familiale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 25 mai 1941, le Maréchal Pétain officialise la journée nationale des mères et l’inscrit au calendrier. Son objectif est de repeupler la France, qui souffre des pertes humaines dues à la seconde guerre mondiale, en mettant en avant le rôle de la femme au foyer et l’importance de la famille, valeur essentielle pour la France, aux yeux du Maréchal Pétain. Le gouvernement de Vichy veut ainsi que toutes les mères soient honorées à l’occasion d’une fête familiale, laissée à la charge des enfants eux-mêmes et dont les activités manuelles devaient être encadrées par les maîtres d’école. Et c’est ainsi que les célèbres colliers de nouilles peintes à la gouache et les bouquets de fleurs de papier crépon virent le jour !!!! Sans oublier le petit poème – certes un peu mièvre – appris par coeur et récité avec application !

bonne_fetes_014

Ainsi, si le Maréchal Pétain a bien instauré la journée des mères dans le calendrier en 1941, ce n’est pas lui qui est à l’origine de cette fête, contrairement à ce qu’affirment les détracteurs de la fête des mères, car la loi n’a en effet été adoptée qu’après la seconde guerre mondiale.

fête des mères 50

Le 24 mai 1950, le président Vincent Auriol signe un texte de loi qui instaure la fête des mères et la fixe au dernier dimanche de mai (sauf si cette date coïncide avec la Pentecôte, auquel cas la fête des mères est alors repoussée au premier dimanche de juin). Et voilà pourquoi aujourd’hui, dimanche 31 mai, les Français, petits et grands, disent tous en chœur : « Bonne fête maman ! »

coeur_009

Chaque année, à la période de la fête des mères, une grande fleur jaune fleurit sur les bords des chemins réunionnais. Cette fleur, ressemblant à une grande marguerite, est originaire du Mexique, d’où son nom commun de Tournesol Mexicain. Ces grands buissons (pouvant atteindre trois mètres de haut) ne se couvrent de grandes fleurs jaunes qu’au mois de mai, ce qui leur a valu d’être surnommés par les Réunionnais « fleur fête des mères ». Les scientifiques, quand à eux, connaissent cette plante sous le nom de Tithonia diversifolia.

fleur fête des mères

Quelques expressions avec « maman » ou « mère » :

En créole réunionnais :

* In monmon, bibron la zhamé fini (Avec une maman, le biberon n’est jamais fini) : L’amour d’une mère est sans limite.

En français :

* Être fourré dans les jupons de sa mère / sous les jupes de sa mère : enfant qui a toujours besoin d’être protégé par sa mère et qui la sollicite pour un oui ou un non.
* Mère courage : femme qui se bat pour des causes difficiles.

Saison des pluies

« Il pleut, il pleut bergère »… Depuis quelques jours, la pluie n’arrête pas de tomber. C’est vrai que cela fait beaucoup de bien après la chaleur de ces dernières semaines et la longue période de sécheresse. Ces nuages de pluie viennent du cyclone qui rode actuellement dans l’océan indien. Bansi – c’est son nom – ne menace pas directement la Réunion (d’ailleurs, il est en train de s’éloigner doucement), mais ses masses nuageuses périphériques nous apportent de la pluie et de petites rafales de vent.
Et oui, l’été à la Réunion ne rime pas seulement avec chaleur et soleil, mais aussi avec saison des pluies et des cyclones.

Sans titre-1

carte météo pluie En tout cas, ces quelques jours de pluie nous auront rafraichit ! Et tant mieux pour les vendeurs de parapluies, les escargots qui se promènent dans le gazon redevenu bien vert et les nappes phréatiques qui se remplissent ! Les pique-niques, les randonnées et les séance de bronzage sur la plage attendront quelques jours !

grenouille_058

« il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille… »
(comptine pour enfants)

 

meteo_114

La pluie dans la langue française :

Lorsqu’il pleut très fort, on peut, au choix, dire :
Il pleut des hallebardes.
– Il pleut des cordes.
– Il pleut comme vache qui pisse.

Faire la pluie et le beau temps : décider de tout
Parler de la pluie et du beau temps : parler de tout et de rien. Échanger des banalités.
Petite pluie abat grand vent : un peu de douceur calme la colère
Après la pluie, le beau temps : Après une période malheur, arrive une période de bonheur.
Ne pas être né de la dernière pluie : avoir de l’expérience.

meteo_122

la pluie dans les proverbes réunionnais :

cass’ pas la tête, la pli y farine, soleil va revenir ( ne te casse pas la tête, la pluie tombe, le soleil va revenir) : après la pluie, le beau temps.
Y fé pas la boue avant la pli ( Il n’y a pas de boue avant la pluie) : ne pas tirer de conclusions hâtives.

Quelques petites chansons, sur le thème de la pluie, en attendant le retour du soleil !

 

meteo_132

 

Soleil y pwoik !

plage

Allez juste quelques photos-cartes postales du Port de Saint-Gilles, pour ceux qui se gèlent dans l’hiver boréal et qui en ont déjà ras-le-bol de la grisaille et des températures qui ne cessent de chuter.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ici c’est l’été ! Alors, oui, on ne connaîtra jamais la magie de la neige qui tombe, le plaisir des batailles de boules de neige ou de la création d’un bonhomme de neige, la joie de mettre des chaînes aux pneus de sa voiture et le bonheur de se casser la figure sur un trottoir verglacé.
Et non, car ici il fait chaud (très chaud… trop chaud…), il fait beau, le soleil brille (le soleil brûle, surtout… ou – comme on dit en créole – « le soleil y pwoik »), la mer et le ciel sont bleus, les maillots de bains et les savates deux doigts sont de sortie… ça donne juste envie de piquer une tête dans le lagon et de se faire dorer sur la plage ou sur le pont d’un bateau tout en dégustant un petit cocktail bien frais!… Mais gare aux coups de soleil, tout de même !

En attendant, il fait vraiment très, très chaud… (et sur la carte ce ne sont que des moyennes, car le thermomètre est monté à 36° cet après-midi !)…

carte météo

… et je rêve d’un peu de fraîcheur et d’un peu de pluie ! Ah ! s’endormir lorsqu’il pleut, tout en laissant la fenêtre ouverte pour qu’un petit courant d’air frais et humide rafraichisse la pièce… trop bien ! … D’après les prévisions, nous aurons quelques ondées cette nuit… cela fera vraiment beaucoup de bien !

 soleil_016

Le soleil dans la langue française

Prendre un bain de soleil : s’exposer aux rayons du soleil pour bronzer.
Fondre comme neige au soleil : disparaître rapidement.
Il n’y a rien de nouveau sous le soleil : L’on que l’on parle d’un évènement qui s’est déjà produit. Rien ne change,  les choses se reproduisent à l’identique malgré le monde qui évolue.
Un déjeuner de soleil : lorsque l’on parle d’un tissu dont la couleur s’atténue au soleil. Par extension, on utilise cette expression pour parler de quelque chose qui ne dure pas longtemps.
Un soleil de plomb : un soleil écrasant.
Avoir sa place au soleil : occuper une bonne position sociale.
Avoir des biens au soleil : posséder des biens immobiliers, des terrains.
Avoir un coup de soleil : brûlure de la peau causée par les rayons du soleil.
Le soleil brille pour tout le monde : lorsque l’on parle de certains avantages dont tout le monde peut profiter.
Piquer un soleil : rougir vivement sous le coup d’une émotion.
Le soleil tape dur : Un soleil brûlant.

soleil_040