Un aviateur d’ici

L’année 2018 est marquée par le centenaire de la disparition d’un enfant du pays dont le nom est connu dans le monde entier… mais pas vraiment pour les raisons que l’on pourrait croire…

Petite devinette…
Si je vous dis que cet homme était aviateur lors de la première guerre mondiale, qu’il a inventé le tir à travers l’hélice et qu’un célèbre stade de tennis porte son nom – alors qu’il n’était pas un joueur de tennis – Vous me dites…


Alors ?… Vous avez trouvé ?

C’est le 6 octobre 1888 au 17 rue de l’arsenal, à Saint-Denis de la Réunion, que Roland Garros voit le jour. Son père Antoine-Georges Garros est avocat et conseiller général.

Maison de Roland Garros, dans la rue anciennement nommée, rue de l’arsenal.

A quatre ans, le petit Roland Garros suivra ses parents en Cochinchine, puis les quittera en 1900 pour poursuivre son cycle secondaire. A l’âge de onze ans, il accompli seul une traversée maritime de douze mois, entre Saïgon et Marseille. Inscrit en 6ème au collège Stanislas de Paris, Roland Garros tombe malade. La pneumonie dont il souffre oblige la direction de l’établissement à l’envoyer dans la succursale cannoise du collège Stanislas.

Rolland Garros enfant

Roland Garros aime le sport : football, cyclisme (en 1906, il sera champion de France interscolaire), rugby et un peu de tennis.
En 1908, il est diplômé d’HEC où il a rencontré un certain Emile Lesieur.
C’est en 1909 que sa vie bascule alors qu’il assiste à son premier meeting aérien. C’est la révélation : il sera aviateur !

1910. Roland Garros devant un avion « Demoiselle »

Il achète une Demoiselle et apprend, seul, à la piloter. Le 19 juillet 1910, Rolland Garros obtient son brevet de pilote (n° 147) de l’aéroclub de France.

Roland Garros à bord d’une « Demoiselle »

En 1914, lorsque la guerre éclate, Roland Garros – n’étant pas Français métropolitain – n’est pas appelé. Il s’engagera et est affecté à l’escadrille M.S.23. Très vite, il constate les limites des combats aériens : une carabine pour le mécanicien, un pistolet pour le pilote et de nombreuses tentatives pour abattre des cibles mouvantes à bord d’un aéronef qui tangue !
Après de nombreux essais, il met au point le tir à travers l’hélice en utilisant des pare-balles d’acier fixés à l’hélice en bois et en modifiant les tirants.
Le 1er avril 1915, Roland Garros – qui est alors le premier et le seul aviateur à avoir un appareil équipé d’une mitrailleuse fixe tirant à travers l’hélice – remporte une première victoire aérienne en monoplace.

 

Avion Morane-Saulnier type N équipé du dispositif de tir à travers le champ de l’hélice.

 

Le 18 avril 1915, au cours d’une mission au-dessus de la Belgique, Roland Garros – dont l’avion a été touché par une balle de la DCA allemande – est contraint d’atterrir en territoire ennemi. Il est fait prisonnier avant d’avoir pu mettre le feu à son avion. Son invention tombe entre les mains de l’ennemi, qui s’en inspirera.

Roland Garros fait graver sur l’hélice de ses avions cette phrase (attribuée à Napoléon 1er) : « la victoire appartient au plus opiniâtre. »

 

Le 15 février 1918, Roland Garros parvient à s’évader du camp de Magdeburg. Malgré sa santé dégradée, l’aviateur veut reprendre le combat aérien.
Le 5 octobre 1918, la veille de ses trente ans, l’avion de Roland Garros explose en vol et s’écrase dans les Ardennes. C’est à Vouziers (dans les Ardennes), que l’aviateur est enterré, bien loin de son île natale.

 

Quelques exploits de Roland Garros

1911
* Il est surnommé « l’éternel second » par les journalistes car il se fait coiffer au poteau lors de trois courses d’aviation : le Paris-Madrid, le Paris-Rome et le circuit européen, qui ont lieu en mai 1911.
* Le 4 septembre 1911, Roland Garros bat le record d’altitude en montant à 3950 mètres.
* A bord de son Blériot XI, Roland Garros est le premier aviateur à traverser la baie de Rio de Janeiro et à survoler la forêt tropicale pour des prises de vues aériennes. Il sera aussi le premier à relier par les airs Sao Paulo à Santos avec à son bord un sac postal.

1912
* En juin 1912, Roland Garros est le seul à terminer les épreuves du circuit d’Anjou où il faut parcourir sept fois – et en deux jours – le triangle Angers-Cholet-Saumur, soit plus de 1100 km. « L’éternel second » devient pour les journalistes « le champion des champions ».
* De nouveau, en septembre 1912, Roland Garros pulvérise le record d’altitude à Houlgate où il atteint les 4950 mètres. Record qu’il ne gardera que quinze jours. Après quelques essais infructueux, il récupère son titre à Tunis avec un nouveau record à 5610 mètres d’altitude.
* En décembre 1912, il participe aux trois étapes du raid Tunis-Rome, soit une distance totale de 1138 kilomètres. Lors de la première étape Tunis-Trapani (en Sicile) il est alors le premier à traverser la Méditerranée et à relier par les airs deux continents : l’Afrique et l’Europe. Il est aussi le premier à survoler le Vésuve.

1913
* Le 23 septembre 1913, Roland Garros passe à la postérité en volant de Fréjus (France) à Bizerte (Tunisie) en 7 heures et 53 minutes (vitesse moyenne de 101 km/h).

1914
* En avril 1914, il décroche les deux premières places sur les deux étapes du « Rallye de Monaco ».

linfo.re : reportage du 3 juin : Faire connaître Roland Garros

Mais comment – et pourquoi – le stade des Internationaux de France porte le nom d’un aviateur et non celui d’un grand joueur de tennis ?
C’est grâce à Emile Lesieur, président du Stade français et ami de longue date de Roland Garros. En 1928, le France doit accueillir la finale de la Coupe Davis. Un nouveau stade de tennis est construit pour l’occasion et Emile Lesieur exige qu’il soit baptisé du nom de Roland Garros, héros de la Grande Guerre et pionnier de l’aviation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Réunion rend hommage à Roland Garros

* En octobre 1915, alors que Roland Garros est prisonnier en Allemagne, la municipalité de Saint-Denis prend l’initiative de débaptiser la rue de l’arsenal, où Roland Garros est né, pour lui donner le nom de l’aviateur.

* En 1925, la Réunion offre une statue à son héros. D’abord inaugurée à Paris, sur les Champs-Elysées, elle prend le chemin de la Réunion et est installée le 24 avril 1926 sur la place du Barachois sur le front de mer de Saint-Denis. Cette statue, signée d’Etienne Forestier, le représente appuyé sur une hélice.

Statue de Roland Garros

Juin 2015, il fait froid à la Réunion et des personnes ont pensé à couvrir Roland Garros d’une écharpe et d’un bonnet !

* L’aéroclub Roland Garros voit le jour en 1933 et s’installe sur le site de Gillot.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

* En 1965, le lycée Roland Garros ouvre ses portes dans le sud de la Réunion, au Tampon. Avec le lycée Leconte de Lisle de Saint-Denis (créé sous l’ère napoléonienne), l’île compte à présent deux lycées.

* En 1994, l’aéroport de Gillot est rebaptisé aéroport Roland Garros, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle aérogare passagers.

Aéroport de Roland Garros. Sainte-Marie. Réunion

* Le 16 juin 2008, au cours d’une semaine aéronautique en hommage à Roland Garros, l’oeuvre du sculpteur Marco Ah-Kiem est inaugurée sur la base aérienne 181 Lieutenant Roland Garros.

 

* En 2018, dans le cadre du centenaire de la disparition de Roland Garros, la Région Réunion renouvelle sa demande d’entrée de l’aviateur au panthéon.
Dans un courrier daté du 17 mai 2018, adressé au Président de la République Emmanuel Macron, le Président du Conseil Régional de la Réunion Didier Robert, expose ses arguments :
« La France célèbre cette année le 100ème anniversaire de la disparition du Lieutenant Roland Garros, pionnier de l’aviation civile et militaire d’origine réunionnaise et héros de la Grande guerre tombé pour la France. La commémoration de ce centenaire me permet de vous sensibiliser sur la demande de panthéonisation, que souhaitent les réunionnais et les élus de l’île, pour ce grand Homme qui a marqué l’Histoire de La Réunion mais surtout l’Histoire de la France.
Son parcours d’exception suscite une véritable fierté. D’ailleurs une mobilisation citoyenne importante s’est constituée autour des défenseurs de sa mémoire, à travers des associations telles que « Roland Garros au Panthéon 2018 », « Associations Régions Sud Terres Créoles », « A-3-A » pour soutenir cette ambition de faire entrer ce héros national au Panthéon »

 

Et aussi…

Cette année, le graffeur Jace – le célèbre papa des Gouzous, ces drôles de petits bonhommes qui envahissent les murs des villes de la Réunion (et par la suite, de divers pays) – rend hommage à Roland Garros en ayant réalisé une fresque dans le nouveau court du stade de Roland Garros, le court 18 , comme l’année 1918.

(cliquez sur la fresque ( en 3 parties) pour l’agrandir)

« L’idée, c’est de rendre hommage à Roland Garros, qui est décédé il y a 100 ans, et de célébrer le lien entre la Réunion et Paris. J’ai choisi un univers assez aérien où des anges vont taper la balle dans les nuages avec l’aviateur, qui sera le distributeur de balles entre le volcan d’un côté et des monuments parisiens de l’autre. » (extrait de l’interview de Jace sur le site du stade de Roland Garros)

2 réflexions sur “Un aviateur d’ici

  1. Pingback: Un Morane Saulnier dans le ciel réunionnais | Bienvenue chez moi, à la Réunion !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s