Mais où sont passés les letchis ?

Un « hiver » trop chaud et des pluies trop abondantes ont eu raison de la saison des letchis. Pas ou peu de fleurs sur les arbres donc, pas ou peu de fruits.
Cette année, les étals des marchés ne se sont pas ou très peu couverts des fruits rouges, symboles des fêtes de fin d’année et de l’été austral. Conséquence de cette faible production pour les consommateurs : des prix jamais vus. Une petite consolation tout de même : les letchis sont de qualité et le goût est là !

Fin du mois de décembre, au marché des Camélias, j’aperçois l’unique, le seul marchand de letchis. Mon mari est fou de ces fruits alors je m’approche. Aucune étiquette n’annonce les prix. Mauvais signe. Je demande tout de même au marchand, le prix au kilo. En entendant sa réponse, je manque de m’étrangler : 10 euros le kilo ! Et il m’annonce que ce sont les derniers qu’il vendra. La saison est déjà terminée alors qu’elle vient tout juste de commencer ! Tant pis, à ce prix là, pas question d’en acheter ! Mon mari devra attendre l’année prochaine, en espérant que la récolte soit meilleure que celle-ci. Cette année, pas de letchis à 1 euro le kilo, au plus fort de la récolte !

Si les consommateurs sont frustrés et déçus, pour les producteurs, c’est une catastrophe : baisse de la récolte de 85%, plusieurs semaines de retard pour le début de la récolte, chiffre d’affaire divisé par deux pour certains agriculteurs (lorsque ce n’est pas la faillite pour ceux qui pratiquent uniquement la culture du letchi), emplois saisonniers non renouvelés.
Selon la chambre de l’agriculture, le chiffre d’affaire total de la production de letchis en 2016 s’élevait à 5 millions d’euros (marché local et exportation) avec 3 millions de tonnes de fruits produits. Pour la saison 2017, les prévisions ne sont pas très encourageantes, avec seulement 1,5 millions d’euros de chiffre d’affaire prévu pour 1200 tonnes de fruits produits.
Dans l’est de l’île, la situation est pire que dans l’ouest. Et comme si cela ne suffisait pas, les mangues aussi ont été victimes de la météo. Quand aux longanis, leur récolte ne semble guère plus prometteuse.

Mais pourquoi les arbres n’ont-il pas fleuri cette année ?
Pour pouvoir donner des fleurs, les pieds de letchis et les manguiers doivent subir un stress hydrique durant l’hiver austral. C’est à dire, un manque d’eau. Ce stress permet à ces arbres de déclencher le processus de floraison, dans le but de se reproduire en faisant des fruits. Or, cette année, l’hiver a été trop chaud et trop pluvieux pour que ces arbres stressent suffisamment.
Résultat : peu de stress, peu de fleurs. Et qui dit peu de fleurs, dit peu de fruits !

Arbre à letchis ou pié letchi

Autre conséquence de la rareté des fleurs sur les pieds de letchis en 2017 : le miel de letchis se fera, lui aussi, rare en 2018 !

Heureusement qu’il nous reste les bananes, les ananas, les corossols, les fruits de la passion, les pitayas, les papayes… à condition que la météo, bien pluvieuse depuis deux semaines, ne vienne pas gâcher les récoltes…

Affaire à suivre, donc.

 

 

 

 

 

 

 

2 réflexions sur “Mais où sont passés les letchis ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s