Pour avoir la banane !

Après une petite promenade, la semaine dernière à Bananaland, je vous propose aujourd’hui de découvrir la banane.
Ah, la banane… En voila un fruit bien pratique ! A croire qu’il a été conçu pour être transporté avec soi. N’est-il pas idéal lors des randonnées ? Déjà « emballé » et très facile à éplucher (pas besoin de couteau ou d’économe), il redonne de l’énergie au randonneur fatigué et apaise les petits creux de l’après-midi.

Le bananier et compagnie… que de monde !

Les bananiers appartiennent à l’ordre des zingiberales, dont font aussi partie le gingembre, la cardamome et le curcuma.
Des plantes ornementales tropicales font aussi partie de cet ordre : les héliconias, les strélitzias, les alpinias, les ravenales ou encore les roses de porcelaine.
Les bananiers appartiennent à la famille des musaceae.

Les bananiers vivent dans les pays tropicaux, et apprécient les climats chauds et humides.

Le bananier est-ce un arbre ?

Un tronc, des feuilles, des fruits… Le bananier a, à première vue, tout d’un arbre. Oui, mais, voilà… le bananier n’est pas un arbre mais une herbe géante.
Cela ne saute pas aux yeux, et pourtant, c’est ainsi !

Anatomie du bananier

  • Le bulbe

La partie semi-souterraine du bananier, le bulbe, est l’organe principal de la plante. Le bulbe produit les racines, les rejets, génère les feuilles et la fleur qui donnera les bananes.

  • Les feuilles

Lorsque les feuilles vieillissent, les limbes (placés de chaque côté de la nervure centrale) se déchirent.

Jeunes et vieilles feuilles

Jeune feuille de bananier. Les limbes ne sont pas déchirés.

  • Le pseudo-tronc

Les parties basses des feuilles s’enroulent les unes autour des autres et forment le pseudo-tronc. Celui-ci, bien que ressemblant au tronc des arbres, ne contient pas de bois.
Le bananier est composé essentiellement d’eau. Lorsqu’on le coupe, il faut faire attention a la sève qui s’écoule. Celle-ci tache définitivement les vêtements.

Coupe du pseudo-tronc

Jeune feuille enroulée

Gaines foliaires

  • L’inflorescence

Le bananier atteint sa taille adulte au bout de six à sept mois. C’est à ce moment qu’apparait l’inflorescence. Le bananier a alors produit vingt-cinq à trente feuilles. Certaines variétés de bananiers peuvent atteindre 15 mètres de haut.

petites bananes dans la fleur

inflorescence et jeunes bananes

  • La tige florale

Sous le poids du bourgeon, la tige florale (ou hampe) se recourbe vers le bas. Les fleurs femelles deviendront des bananes, prêtes à être récoltées, au bout de deux mois. Les régimes peuvent se composer de 50 à 200 bananes. Dans le bourgeon terminal (appelé « baba figue » à la Réunion) se trouvent les fleurs mâles.

Régime prêt à être récolté

Hampe florale, bananes et bourgeon terminal

Bourgeon terminal (baba figue)

  • Le fruit

Les bananes sont cueillies vertes et le bananier est alors coupé afin de favoriser la pousse du rejet. En effet, après avoir fructifiée, la partie aérienne meurt. Chaque tige ne produit qu’un seul régime. Pour avoir dans son jardin un bananier, il faut détacher un rejet de la plante mère. Rien ne sert de faire germer les minuscules graines que l’on peut parfois voir dans les bananes !

Rejet

Il existe plus de 1000 variétés de bananiers et toutes les bananes ne sont pas jaunes et courbes. Certaines sont rouges, carrées, petites, vertes, droites, argentées, tigrées, énormes, avec des graines, sans graines, courtes…

Tout est bon dans le bananier

A la Réunion, le bourgeon de bananier est mangée en carry : le carry baba figue (attention, il faut savoir le préparer, car l’ensemble de la fleur ne se consomme pas).
Toujours à la Réunion, traditionnellement, la communauté tamoule, utilise les jeunes feuilles de bananier en guise d’assiettes pour servir le cabri massalé.
En Asie tropicale et dans les îles du Pacifique, les jeunes feuilles servent aussi de couverture pour les habitations, de parapluie, à emballer la nourriture pour la cuisson, le transport ou la conservation.
En Afrique, les bananes sont mises à fermenter afin d’être transformées en bière de banane.
Aux Philippines, une variété de bananier est cultivée pour ses fibres, avec lesquelles sont fabriquées des cordes (le chanvre de Manille). En Egypte, ces fibres sont utilisées pour fabriquer du papier imitant l’aspect du papyrus.

Petite histoire de la banane et du bananier

Si aujourd’hui les bananiers sont cultivés dans toutes les régions tropicales du globe, ils auraient pour origine une zone allant de l’Inde aux îles mélanésiennes du Pacifique, l’Indonésie et la nouvelle Guinée. Ces bananiers sauvages produisaient de petits fruits qui n’étaient pas comestibles car remplis de graines. Après une longue évolution, les graines seront remplacées par de la pulpe.
Les marins Indonésiens auraient introduits le bananier à Madagascar vers 500 après J-C, avant d’atteindre la côte d’Afrique de l’Est, via le canal du Mozambique. Cultivé par les populations locales, le bananier s’étend jusqu’à la côte Ouest du continent africain. Lorsqu’au XVème siècle, les navigateurs portugais le découvrent dans le Golfe de Guinée, ils l’emmènent dans les îles Canaries. Au début du XVIème siècle, les conquistadors Espagnols introduisent des plants à Saint-Domingue. Le bananier a traversé l’Atlantique !

La banane dans le monde, en quelques chiffres

Chaque année, ce sont 50 millions tonnes de bananes dessert qui sont produites dans le monde et autant de bananes à cuire.
Chaque année ce sont 20 millions de tonnes de bananes dessert qui sont acheminées par bateau, des zones de production vers les principales zones de consommation : Europe, Etats-Unis, Japon.
L’Amérique latine produit 80% des exportations mondiales de bananes.
Un habitant de l’Afrique de l’Est consomme 250 kg de banane Plantain par an, alors que sur la même période, un français mangera 10 kg de banane dessert.
Quatrième culture vivrière après le riz, le blé et le maïs, la banane est une ressource alimentaire vitale pour plus de 400 millions d’habitants des pays tropicaux.
Produite sans interruption toute l’année et à haute valeur nutritionnelle, la banane est un aliment vital dans de nombreuses pays défavorisés.

Culture de la banane

Le chemin est long du bananier à notre corbeille de fruits. Les bananes sont récoltées encore vertes, deux mois après l’apparition du bourgeon floral, lorsque ses arêtes s’arrondissent. Et cette récolte se fait encore de nos jours, à la main. Le régime tout entier est séparé du bananier et le pseudo-tronc est coupé.
Pour avoir un murissage optimal des fruits, et donc plus de goût, les régimes, une fois coupés, sont placés dans un endroit couvert et à température ambiante (la penderie). Ainsi protégées des oiseaux et des insectes, les bananes vont murir tout en s’enrichissant en sucre, en vitamines et en potassium.
Chaque main sera prélevée, lavée et découpée en groupe de trois à neuf bananes.

Régime banane

Il existe trois grands types de bananes alimentaires : les bananes dessert (au goût doux et sucré), les bananes à cuire (comme les bananes Plantain, qui doivent être cuites pour être consommées) et les bananes à bière. Contrairement à ce que l’on entend souvent, la banane crue ne fait pas grossir. Riche en vitamines A, B, C, en potassium, en phosphore, en magnésium et en calcium, la banane est nutritive, énergétique et facile à digérer. Une banane mûre et crue se compose de près de 75% d’eau, de 23% de sucre et de moins 1% de lipide.
La banane peut être consommée sans problème par les personnes souffrant de surpoids, d’insuffisance rénale, d’arthrite, de goutte, de maladie coronarienne, de tension artérielle, d’ulcère ou encore de gastro. Transformée en compote, elle est idéale pour les bébés de plus de trois mois car riche en vitamines, en minéraux et très digeste.

La banane à la Réunion

Les Réunionnais raffolent des « bananes figues » appelées aussi « bananes mignonnes ». Petites et sucrées, ces bananes sont très goûteuses et parfumées. On les mange crues, en guise d’en-cas, ou cuites : bananes flambées, gâteau banane, beignets bananes, confiture de bananes…
Cette variété de banane n’est pas la seule produite dans l’île. On trouve aussi des bananes Plantain, des bananes carrées (pour faire des chips de bananes vertes), des bananes roses, des bananes blanches ou encore des bananes Valérie.
Les bananes se vendent en « main » sur les étals des marchés forains. Une main est composée de cinq ou six bananes, parfois plus, selon la variété. On en trouve toute l’année.

Les ennemis du bananier

A la Réunion, les bananiers ne sont pas épargnés :
– Les forts vents des cyclones brisent les tiges.
– La femelle du charançon noir pond ses oeufs dans le bulbe. En y creusant leurs galeries, les larves entraînent le dépérissement de la plante.
– Les nématodes (des vers microscopiques) s’attaquent aux racines entraînant la réduction du régime.
– Les thrips (de petits insectes) piquent les fruits, rendant impossible leur commercialisation.

fruit_039 banane

Quelques expressions françaises autour de la banane :

* Avoir la banane : être de bonne humeur, joyeux, être en forme (La même expression existe avec d’autres fruits : avoir la pêche ou avoir la patate).
* Glisser une peau de banane : utiliser des procédés déloyaux pour faire échouer quelqu’un.
* Se faire bananer : se faire escroquer .
* Quelle banane ! : quel idiot !
* Etre coiffé en banane : être coiffé comme un vieux rockeur.

fruit_070 banane

Et comme d’habitude, je vous propose quelques recettes avec le produit star de cet article. Vous pouvez en trouver d’autres dans l’article sur Bananaland, sans oublier la recette du gâteau banane.

Tarte gourmande à la banane

tarte gourmande à la banane

L’alliance de la banane, du coco, de la vanille et du rhum… Une recette, au goût des îles, qui ravira les petits et les grands gourmands.

Ingrédients

Pour la pâte brisée :
– 200 gr de farine
– 1 cuillère à soupe de sucre roux
– 100 gr de beurre ramolli
– 20 à 25 ml d’eau
– 1 pincée de sel

Pour la garniture :
– 6 bananes moyennes
– 25 cl de lait
– 200 gr de sucre roux
– 2 oeufs
– 50 gr de noix de coco râpée
– 20 ml de rhum vieux
– 2 gousses de vanille Bourbon

Déroulement

Préparation de la pâte brisée :
* Mélanger la farine, le beurre ramolli coupé en petits morceaux, le sucre et le sel.
* Rajouter progressivement l’eau, tout en mélangeant, afin d’obtenir une boule.
* Laisser reposer 1 heure.

* Préchauffer le four à 180°c.
* Etaler la pâte sur un papier sulfurisé et déposer dans le moule.
* Bien remonter les bords en les pinçant et piquer le fond avec une fourchette.
* Déposer un morceau de papier sulfurisé sur la pâte et recouvrir de haricots secs.
* Faire cuire 15 minutes.
* Enlever les haricots et le papier sulfurisé.
* Laisser refroidir pendant la préparation de la garniture.

Préparation de la garniture :
* Préchauffer le four à 200°c.
* Fendre et racler les gousses de vanille pour récupérer la pulpe. Réserver.
* Dans un saladier, faire blanchir les oeufs et le sucre ( le mélange doit devenir mousseux).
* Rajouter le lait, la pulpe de vanille, la noix de coco râpée et le rhum. Bien mélanger.
* Verser la préparation sur la pâte, dans le moule.
* Couper les bananes en rondelles régulières ( 4 à 5 mm d’épaisseur) et les répartir dans le moule. Les premières rondelles doivent s’enfoncer dans la préparation sous le poids des rondelles rajoutées. Pour la dernière couche,  les rondelles étant apparentes, bien les juxtaposer pour une jolie présentation.
* Saupoudrer d’un peu de sucre.
* Faire cuire pendant 30 minutes.
* Laisser refroidir la tarte, à température ambiante, puis la mettre au frigo pendant une petite heure, elle n’en sera que meilleure.
* A servir avec un coulis de goyavier, dont l’acidité se mariera à merveille avec le goût sucré de la tarte.

part tarte gourmande à la banane

chips de bananes vertes

La banane peut-être consommée verte à condition d’être cuite dans de l’huile ou dans de l’eau. En Inde, les chips de bananes vertes sont très appréciées. Je vous propose la recette de mon mari.
Attention ! Quand on commence à en manger, il est difficile de s’arrêter !

chips de bananes vertes

Ingrédients

– 6 grosses bananes « carrées » vertes
– Huile pour friture
– Sel

Préparation

* Eplucher les bananes vertes à l’aide d’un économe.
* Les faire tremper dans de l’eau quelques minutes, pour enlever l’amidon.
* Avec une mandoline, couper les bananes en rondelles. Les remettre dans l’eau.
* Faire chauffer le bain d’huile dans une grande casserole.
* Etaler sur un torchon propre et sec, bien à plat et sans qu’elles se chevauchent, une partie des rondelles de bananes (1 à 2 poignées). A l’aide d’un autre torchon propre, bien les essuyer.
* Quand l’huile est chaude, plonger les rondelles bien sèches et remuer avec un écumoir pour éviter qu’elles ne se collent entre elles.
* Laisser cuire plus ou moins dix minutes, en fonction de la quantité de rondelles mises dans l’huile.
* Lorsque l’ébullition s’est atténuée, égoutter les chips, les poser sur du papier absorbant et laisser refroidir.
* Continuer avec le reste de rondelles.
* Saler les chips.

Conseils :
* On sait que les chips sont cuites lorsque les rondelles ont pris une légère couleur dorée, que le bruit qu’elles font, lorsqu’on les fait bouger avec l’écumoir, a changé et que la quantité de bulles dans l’huile a fortement diminué.
* Il est aussi possible de varier les goûts des chips en les saupoudrant de poivre, de piment en poudre, de paprika…

BON APPETIT !!

fruit_076 banane

4 réflexions sur “Pour avoir la banane !

  1. Pingback: Promenade à Bananaland | Bienvenue chez moi, à la Réunion !

  2. Bonjour, j’aimerais utiliser le schéma de bananier que vous présentez au début de votre article, mais pour cela je dois citer sa source
    Sauriez vous de quel livre il est extrait s’il vous plait ? 🙂
    Vous m’aideriez énormément, je n’ai pas trouvé de schéma aussi bien résumé

  3. J’ai entendu dire qu’il n’y avait pas de bananes plantain à la réunion, je suis persuadé que non celle-ci se consomme cuite, frite et ou braisé, en entrées, plats et bien entendu en dessert.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s