9ème Jeux des Iles de l’Océan Indien

logo jeux des îles

Du 1er au 9 août 2015, la Réunion accueillera les 9ème Jeux des Îles de l’Océan Indien, succédant à Madagascar et aux Seychelles.
Organisés tous les quatre ans, les Jeux des Îles de l’Océan Indien représentent « un véritable enjeu de coopération sportive, économique et touristique dans la région Océan Indien, et favorisent la promotion de politiques sportives, le développement et l’amélioration du niveau de pratique par des rencontres entre les jeunes de la zone ».

Petit historique

Les Jeux des îles de l’Océan Indien (JIOI) ont été créés en 1974 à l’initiative de la Réunion. L’île a déjà accueilli la première édition en 1979 et la cinquième édition en 1998.
Cet évènement multisports a pour préceptes : « Solidarité, fraternité et compréhension mutuelle entre les peuples des Iles de la zone Sud de l’Océan Indien dans l’esprit de l’Olympisme »

Les Jeux des Îles de l’Océan Indien, c’est quoi ?

2000 athlètes, représentant les délégations de l’île Maurice, des Seychelles, de l’Union des Comores, de Madagascar, de Mayotte, de l’île de La Réunion et des Maldives, s’affronteront en voile, volley-ball, athlétisme, tennis, handball, tennis de table, badminton, football, judo, basket-ball, natation, haltérophilie, cyclisme et boxe. En handisport et sport adapté, deux disciplines sont prévues : l’athlétisme et la natation.
Comme aux Jeux Olympiques, une flamme – symbole de paix et de partage de la culture des hommes – sera portée des Seychelles (où ont eu lieu les derniers jeux des îles, en 2011) à la Réunion. Relayée par des athlètes, des personnalités et des anonymes, à travers les vingt-quatre communes de l’île, elle terminera son parcours, au soir de la cérémonie d’ouverture, dans le stade olympique de Saint-Paul, où le dernier relayeur embrasera la vasque, marquant ainsi le début des compétitions sportives.

La flamme restera allumée durant toute la durée des jeux, avant d’être transmise, à la cérémonie de clôture, à la prochaine île organisatrice des jeux.

Dix communes de l’île accueilleront les différentes épreuves sportives :

Carte des Jeux des Îles de l’Océan Indien

Le logo des Jeux des Îles de l’Océan Indien

Le logo de ces 9ème Jeux des Îles de l’Océan Indien a été imaginé par une lycéenne de Saint-Pierre, Dao Lapaï, âgée de 17 ans. Il représente l’unité et la communion de cet évènement.

Descriptif du logo des Jeux des Îles de l’Océan Indien

« Le logo représente les valeurs du sport tels la cohésion et le fair-play. L’ensemble général c’est la forme d’un nautile. Faire ressortir la Réunion, la mettre en avant, car ça se passe à la Réunion. Puis les sept îles qui participent, avec ces fameux trois joueurs ayant les bras levés pour montrer l’excellence, cette fraternité et cette compétitivité à la fois. » (transcription de l’interview de Dao Lapaï).

L’hymne des Jeux des Îles de l’Océan Indien

Un hymne, créé par l’auteur compositeur et interprète réunionnaise Fanny Prie, accompagne ce logo haut en couleur.

« Ce petit séga est l’hymne officiel des Jeux des Îles de l’Océan Indien, qui rappelle les sonorités de la zone. La Réunion, avant tout, car les jeux des îles se passent à la Réunion, mais on retrouve aussi le séga mauricien, on retrouve des rythmes ternaires à Madagascar, aux Seychelles. Le ternaire, pas forcément le séga, représente plus globalement les îles. «  (transcription de l’interview de Fanny Prie)

La mascotte des Jeux des Îles de l’Océan Indien

La mascotte des Jeux des Iles 2015, prénommée « Ti Bayoun », a été dévoilée pour la toute première fois le 30 septembre. Ti Bayoun est le fils de Bayoun, la mascotte des Jeux des Îles de l’Océan Indien de la Réunion en 1998.
Ti bayoun

Ti bayoun, mascotte des Jeux des Îles de l’Océan Indien 2015

Ce petit tangue revêtira les différentes tenues des sports dans lesquels s’affronteront les sportifs de haut niveau, des différentes délégations.

Ti Bayoun en pleine action !

Les Jeux des Îles de l’Océan Indien en quelques chiffres 

– 9ème édition de cet événement sportif majeur
– 3ème édition à La Réunion après les 1ers Jeux en 1979 et les 5ème en 1998
– 8 jours de compétition : 1er au 9 août 2015
– 7 îles participantes : Comores, Madagascar, Maurice, Mayotte, Seychelles, Maldives et La Réunion
– 2200 participants dont 2000 athlètes
– 14 disciplines au programme
– 20 sites sportifs aux 4 coins de l’île
– une portée sur 25 millions d’habitants

Pour plus de renseignements et d’actualités, rendez-vous sur le site officiel des Jeux des Îles de l’Océan Indien.

 

Stella Matutina

tickets d'entrée

Après quatre années de fermeture pour cause de rénovation, le Musée Stella Matutina (à Saint-Leu) a enfin rouvert ses portes et propose aux visiteurs l’histoire de la Réunion à travers l’histoire du sucre.

carte Saint-Leu

cliquer pour agrandir

Modernisé et totalement repensé et réaménagé, le musée Stella Matutina a dépoussiéré son image. L’ambiance est plus industrielle et des coursives offrent une vue plongeante sur les machines.

Dès le passage à la caisse, on vous équipe d’un audio-guide (français ou anglais) qui permet d’accéder aux bandes sonores des vidéos en toute liberté. Le casque se déclenche automatiquement ou à la demande en des lieux bien précis. Il existe aussi la possibilité de faire la visite avec un guide (sur réservation).

audio guide

Chaussez-vous bien, car c’est parti pour plus de deux heures de marche sur un parcours de 3700 m2 d’exposition et cela sur 4 niveaux !

plan

Celui-ci se divise en cinq univers :
« Sucre et histoire« , vous invite à découvrir l’histoire du sucre à l’île Bourbon, de la période où il était fabriqué artisanalement à son industrialisation. Les visiteurs revivent grâce à une projection vidéo sur une poupe de bateau, la traversée entre la Métropole et Bourbon.

« Cannes et territoires« , vous fera découvrir l’histoire de l’usine de Stella ainsi que les outils des planteurs. Arrêtez-vous devant l’immense baie vitrée pour découvrir la magnifique côte de Saint-Leu et, grâce à un écran tactile, découvrez ses changements de 1820 à nos jours. Une autre baie, offre une vue plongeante sur la plateforme et la balance de Stella et il est ainsi possible, durant la période sucrière, d’assister au va et vient des cachalots et tracteurs.

« Sucre et société« , permet de découvrir les différents peuples qui se côtoient à la Réunion, les objets de leur vie quotidienne d’autrefois et d’aujourd’hui. Vous pourrez vous plonger dans l’univers si typique d’une « boutik sinoi »(boutique chinoise) et grimper à bord du fameux « car courant d’air ».

« Usine à sucre » : Portraits d’ouvriers agricoles et de planteurs qui partagent avec les visiteurs la vie quotidienne à l’usine et les étapes de fabrication du sucre. De nombreuses vidéos – disséminées le long du parcours – en expliquent chacune des étapes, à travers le témoignage d’un ouvrier.

« Univers du sucre » : Pour saliver de plaisir à la vue de tout ce que l’on peut faire avec du sucre : confiseries, limonades, sirops, chocolats, pâtisseries, rhums et sucres sous toutes ses formes.

Et juste avant de quitter la salle, un écran interactif vous invite à jouer pour tester vos connaissances sur le sucre dans le monde, les recettes de cuisine, la nutrition…

La visite se termine par le passage obligé à la boutique de souvenirs où les gourmands trouveront leur bonheur parmi les confiseries (calissons au coco, sucettes aux goût exotiques, guimauves aux parfums tropicaux, sucres…), les boissons ( rhums, punchs, sirops…) et les biscuits. Pour ceux qui préfèrent garder un souvenir pérenne de leur visite à Stella, qu’ils se rassurent : tee-shirts, livres, cartes postales, porte-clefs et autres babioles sont présents.

Impossible de partir sans avoir fait une halte au bar où des cocktails de fruits frais sont concoctés. Et pour les petits comme pour les grands, un cinéma 4D offre une dizaine de minutes qui secoue ! Dommage que le sujet du film n’ait pas de lien avec le sucre ou la Réunion.

cinéma 4 D
Un petit snack propose des sandwichs, boissons, glaces italiennes et autres pâtisseries locales. Et après avoir repris des forces, on peut déambuler dans les jardins du musée (jardin des cultures, jardins des cannes, verger) et dans un espace dédié aux immenses machines de l’usine.

terrasse et jardins   exposition de machines

Le musée Stella est aussi doté d’un centre de recherche et de documentation ainsi que d’un auditorium de 400 places.

Retrouver le site de Stella matutina ici

logo stella matutina

Est élue Miss Réunion 2015…

Hier soir, à 22 h 30, la couronne de Miss Réunion s’est posée sur la tête d’une nouvelle jeune fille. Après des mois de préparations et de sélections, parmi des centaines de candidates, Azuima Issa a été élue Miss Réunion 2015. Elle succède ainsi à Ingreed Mercredi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Les dauphines de Miss Réunion 2015

* 1ère dauphine de Miss Réunion 2015 :

Vanessa ROBERT
Âge : 19 ans.
Taille : 1,72 m
Lieu de résidence : La Possession.
Etudes : En terminale transport, pour devenir hôtesse de l’air.
Pourquoi Miss Réunion ?
Pour se lancer un nouveau défi et s’affirmer en tant que femme.

* 2ème dauphine de Miss Réunion 2015 :

Florianne GONTHIER
Âge : 21 ans.
Taille : 1,70 m
Lieu de résidence : Etang-Salé.
Etudes : Diplômée en BTS tourisme.
Loisirs : La musique, jouer du piano, cuisiner, le cinéma, voyager.
Pourquoi Miss Réunion ?
Pour aller le plus loin possible en tant qu’ambassadrice de charme de son île.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Les autres finalistes

    Marine BENARD
    Âge : 18 ans.
    Taille : 1,79 m
    Lieu de résidence : Saint-Joseph.
    Etudes : En classe préparatoire aux études de santé afin de travailler dans le milieu paramédical.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    Pour avoir une première approche auprès des personnes âgées avec lesquelles elle souhaite travailler plus tard.

    Julie HOARAU
    Âge : 19 ans.
    Taille : 1,76 m
    Lieu de résidence : Sainte-Clotilde.
    Etudes : En Faculté d’histoire.
    Loisirs : Le volley-ball, les sorties entre amis et les dimanches en famille.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    Pour prévaloir l’île à travers le métissage, les paysages et la richesse multiculturelle.

    Orphélia ROGER
    Âge : 18 ans.
    Taille : 1,73 m
    Lieu de résidence : Le Tampon.
    Etudes : En terminale Accueil-Relations Clients Usagers.
    Passion : La musique.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    Pour avoir l’opportunité de représenter son île et sa culture.

    Steacy SARPEDON
    Âge : 18 ans.
    Taille : 1,72 m
    lieu de résidence : Le Tampon.
    Etudes : Souhaite intégrer la classe préparatoire au concours infirmier.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    Pour représenter au mieux son île à travers son métissage.

    Ornella SERVEAU
    Âge : 20 ans
    Taille : 1,72 m
    Lieu de résidence : Rivière-Du-Mât-les-Hauts à Bras Panon.
    Etudes : En première année d’Anglais à l’Université de La Réunion.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    Pour « devenir beaucoup plus féminine en tant que jeune Réunionnaise « .

    Aurélie ROBERT
    Âge : 19 ans.
    Taille : 1,71 m
    Lieu de résidence : Le Port.
    Etudes : En BTS d’Assistante de Gestion à la Chambre de Commerce.
    Passion : le dessin.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    C’est un rêve de petite fille et une nouvelle expérience.

    Anaïs PAVADY
    Âge : 19 ans.
    Taille : 1,70 m
    Lieu de résidence : Saint-Denis.
    Etudes : En première année de droit.
    Loisir : Se promener aux quatre coins de l’île.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    Pour tenter de représenter son île au mieux.

    Brenda NARAYANIN-RAMAYE
    Âge : 20 ans.
    Taille : 1,70 m
    Lieu de résidence : La Possession.
    Etudes : En BTS transport.
    Loisirs : La création de bijoux, l’art plastique.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    Pour porter le métissage à travers le monde.

    Apaméa DESEGAULX de NOLET
    Âge : 19 ans.
    Taille : 1,70 m
    Lieu de résidence : Le Tampon.
    Etudes : En psychologie.
    Loisirs : Le shopping, le mannequinat et le sport.
    Pourquoi Miss Réunion ?
    Car elle adore les défis.

     

    Sources photos :
    – IPR
    – otemounoir.re
    – Réunion 1ere

Des livres à déguster

livre_092

J’ai encore fait un petit tour dans ma bibliothèque où je vous ai déniché trois livres de recettes de cuisine réunionnaise. Evidemment, si vous faites un petit tour par les rayons d’une bonne librairie de l’île, vous ne saurez plus où donner de la tête tant il existe d’ouvrages sur le sujet !

ali_divers_199La bonne cuisine de la Réunion par Tante Mariette (éditions Orphie)

Voilà un gros livre (304 pages), à la présentation claire et aux recettes courtes, idéal pour débuter dans la cuisine réunionnaise, une cuisine riche de toutes les influences des différents peuples venus s’installer sur l’île : les africains, les indiens, les occidentaux, les asiatiques, les malgaches…
la bonne cuisine de la Réunion

Chaque recette est présentée sur une double page avec, à gauche, les photos des ingrédients et le déroulement et, à droite, la photo du plat.
Les recettes sont rangées dans un sommaire détaillé de 22 thèmes très variés, avec par exemple : « amuse-gueules », « grains et riz », « daubes », « manger dans la rue », « plats de nos voisins », « jours de fêtes », « confiseries », « café et tisanes », « rhums »…
Les thèmes sont identifiés par des couleurs qui sont visibles sur la tranche du livre. L’index, en fin de livre, permet d’avoir la liste des recettes qui composent chaque thème.

En début de livre, un chapitre présente, en photos, les ustensiles utilisés dans la cuisine réunionnaise et, à la fin, un lexique créole/français permet de découvrir la définition de termes créoles utilisés dans les recettes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ali_divers_199100 recettes au rhum (éditions Orphie)

Voici un livre qui vous apportera la preuve que l’on peut faire beaucoup de recettes différentes à base de rhum (et pas seulement des punchs et des rhums arrangés).

recettes au rhum

Trois grandes parties composent ce livre : « les boissons », « les entrées, viandes, poissons et crustacés » et « les desserts ». Dommage que toutes les recettes ne soient pas illustrées par une photographie, car celles qui le sont, donnent vraiment envie !
En début de livre, le chapitre « le rhum dans votre cuisine » précise quel rhum convient le mieux à quel type de préparation. Indispensable pour ne pas commettre d’impair !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ali_divers_199Les meilleures recettes de la cuisine créole (éditions Noor Akhoun – collection trésors d’Outremer)

Alors, ce petit livre, je ne sais pas s’il est encore édité, car je l’ai depuis très, très longtemps. Du coup, j’ai un doute…
Une introduction, intitulée « le fin du fin de la cuisine créole », présente sur trois pages les différentes influences qui ont donné naissance à la cuisine réunionnaise. Très intéressant.

cuisine créole

Certaines recettes sont illustrées par une très belle photographie, où les plats sont mis en scène, ce qui donne vraiment envie de les goûter.
De nombreuses recettes commencent par une petite introduction qui présente un des ingrédients de la recette ou qui donne un petit conseil.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

ali_divers_199Voici une petite liste, non exhaustive de livres de cuisine réunionnaise.

 BONNE LECTURE ET BON APPETIT !!!

 

livre_084

Faux amis

Un certain nombre de mots français et de mots créoles réunionnais est phonétiquement identiques, alors qu’ils possèdent des sens complétement différents. Petit florilège – non exhaustif – des faux amis les plus courants, souvent à l’origine de contresens !

Baro : Si quelqu’un vous demande de fermer le « baro », vous devez comprendre que c’est le portail que vous devez fermer !

fermeture_010

Gommé : Après avoir bien joué, les enfants sont souvent tout « gommés », c’est-à-dire salis ou barbouillés.

bebe_057

Gaillard : « sa lé gayar ! », ne signifie pas que quelque chose, ou quelqu’un est costaud, mais que cela est bon, agréable ou beau.

pouce

Bol : En France, on boit son café ou son chocolat au lait dans un bol. A la Réunion, le bol sert à mettre… la salade ! Et oui, ici, un bol, c’est un saladier !

ali_divers_203

Belle : Si vous entendez un réunionnais dire « cette femme là lé bèl », il ne veut pas dire que cette femme est belle, mais qu’elle est grosse ! Le mot « bèl » signifie aussi « c’est top ! », dans l’expression « lé bèl ! « 

spo_combat_011

Balance : Je ne suis pas une obsessionnelle de mon poids si je monte sur « un balans », mais tout simplement une personne qui aime faire de la balançoire !

jeu_031

Déboucher : Rien avoir avec l’action de déboucher un évier. Si un enfant vous demande de « débousher son paké pastilles », il faudra comprendre qu’il vous demande de lui « ouvrir son sac de bonbons ».

dessert_017

Amuser : Lorsque l’on fait la réflexion  » zenfan i amuz », cela ne signifie pas que que les enfants s’amusent, mais qu’ils tardent à arriver !

acc_vetement_082

Tracer : Lors d’une soirée ennuyeuse, mon mari et moi trouvons toujours de bonnes excuses pour tracer au plus vite… pardon, partir au plus vite.

spo_athletisme_155

Démarrer : Combien de fois ai-je pu entendre des enfants dire : « Mi gaing’ pas démarrer mon lasé !! ». Bien évidemment, ils ne disaient pas qu’ils ne réussissaient pas à faire démarrer leurs lacets de chaussures (je ne vois même pas comment ils auraient pu faire un truc pareil !), mais qu’ils n’arrivaient pas à défaire leurs lacets de chaussures !

chaussure_073

Un crayon noir : Quand je dis aux enfants de prendre leur crayon noir pour s’entraîner à écrire, ils comprennent immédiatement qu’ils doivent prendre un crayon de papier et non pas un crayon de couleur noire.crayon_014